Le personnel des centres de test de plus en plus confronté à des agressions: "Nous ne sommes pas une agence de voyage"

En Flandre, plus de 70% des centres de testing affirment avoir subi davantage d'agressions envers leur personnel au cours des dernières semaines.

Le personnel des centres de test de plus en plus confronté à des agressions: "Nous ne sommes pas une agence de voyage"
© AFP

Avec les vacances d'été, le nombre de voyages à l'étranger augmentent, et avec eux, la demande de tests Covid. En effet, pandémie oblige, nombreux sont les pays européens qui imposent un test PCR ou antigénique négatif aux vacanciers désireux d'entrer sur leur territoire.

Cette demande croissante engendre une certaine nervosité dans les centres de test. En Flandre, plus de 70% des établissements de testing et de triage affirment en effet avoir subi davantage d'agressions envers leur personnel au cours des dernières semaines, rapporte une enquête menée par l'association des médecins généralistes Domus Medica et relayée par nos confrères de VTM Nieuws.

Agressions verbales et physiques  

Dans la majorité des cas, il s'agit d'agressions verbales envers le personnel, tant dans les centres que par téléphone. Toutefois, pas moins de 16 % des centres signalent également des cas d'agressions physiques, qui ont même nécessité l'intervention de la police dans 13% des centres sondés.

Selon l'association flamande des généralistes, de nombreux problèmes sont dus à une préparation insuffisante de la part des voyageurs. Certains vacanciers se présentent à la dernière minute au centre de testing et n'obtiennent pas le résultat du test à temps pour leur départ, ce qui génère une certaine frustration. D'autres s'y rendent parfois sans rendez-vous ou avec un code expiré, ce qui signifie qu'ils doivent payer eux-mêmes leur test, entraînant également de l'agressivité.

Selon Domus Medica, le personnel des centres en a assez. "Certains voyageurs sont heureusement compréhensifs, mais malheureusement nous voyons aussi (trop) de personnes impolies, frustrées, impatientes ou même agressives. En outre, nous sommes inondés de questions. Nous voyons beaucoup de voyageurs qui ne prennent même pas la peine de chercher eux-mêmes des informations. Ils attendent de nous que nous leur fournissions un test de voyage et des conseils détaillés en la matière. Nous sommes un centre de test, pas une agence de voyage", témoigne un employé d'un centre à VTM.

"Inacceptables"

L'association des généralistes appelle dès lors les voyageurs à mieux anticiper leur départ à l'étranger et à faire preuve de compréhension envers le personnel des centres. 

Pour sa part, le président de Domus Medica, le docteur Roel Van Giel, condamne fermement ces agressions: "Le personnel des centres de dépistage est en première ligne depuis le début de la crise pour maintenir le nombre de contaminations sous contrôle. Beaucoup d'entre eux n'ont pas eu de vacances eux-mêmes depuis des mois, mais font tout de même tout leur possible pour tester le plus grand nombre de voyageurs à temps. Les agressions envers les soignants et le personnel des centres de dépistage sont inacceptables et nous attendons des autorités judiciaires qu'elles traitent toute forme d'agression avec sérieux'. 

Sur le même sujet