Les inondations ont provoqué l'apparition de certaines maladies: Alexis, 11 ans, en est à sa deuxième dialyse

La situation n'est pour l'instant pas alarmante, mais doit être surveillée de près.

Les inondations ont provoqué l'apparition de certaines maladies: Alexis, 11 ans, en est à sa deuxième dialyse
©Belga

Outre les énormes dégâts matériels, les inondations ont provoqué chez certains sinistrés le développement de maladies plus rares. C'est ainsi que plusieurs cas de légionellose (favorisée par l’humidité stagnante), de leptospirose (favorisée par la contamination des eaux) ou encore d'aspergillose (une affection respiratoire due à des champignons) ont été rapportés. Des cas rares, certes, mais qui attirent néanmoins l'attention des médecins.

Alexis, un garçon de 11 ans, a dû être hospitalisé au CHR de la Citadelle à Liège pour une infection au colibacille. Souffrant de vomissements et de diarrhées, ses parents ne s'étaient pas inquiétés dans un premier temps, croyant à une gastro-entérite. Malheureusement, l'état du jeune homme s'est très vite dégradé au point qu'il a dû être admis en urgence. "Il a déjà subi une transfusion de globules rouges et en est à sa deuxième dialyse (...) La première cause de transmission de la bactérie e-coli, c'est l'alimentation. Chaque jour nous avons mangé avec nos voisins sinistrés mais compte tenu des circonstances ça peut venir de presque n'importe où", explique sa mère à nos confrères de RTL Info.

Néanmoins, l'agence wallonne pour une vie de qualité tient à rassurer la population. Seules 16 personnes, pour la période du 15 au 27 juillet, ont été victimes d'intoxications alimentaires ou d'expositions aux hydrocarbures. Un nombre qui serait tout à fait conforme aux statistiques des trois années passées. "Il n'y a vraiment pas de quoi s'alarmer puisqu'en réalité on a quand même peu de chance de contracter une maladie dans le cadre des inondations. Ces intoxications alimentaires, ce sont les mêmes qu'on peut retrouver dans un camp scout, dans un stage... Et même si on peut constater une légère augmentation, il n'y a vraiment rien d'alarmant", a confié Lara Kotlar, porte-parole de l'Aviq à RTL Info.

La prudence reste tout de même de mise, puisque selon la période d'incubation de ces maladies, le pic d'infections n'a peut-être toujours pas été atteint pour la période couvrant les inondations en Belgique. Rappelons que pour éviter toute mauvaise surprise, il est recommandé debien laver ses aliments, de les stocker au frais à la l'abri de la lumière, et de ne pas rompre la chaine du froid. En cas de symptômes comme une diarrhée ( avec parfois du sang dans les selles), des petits hématomes sur la peau, de la fièvre ou encore des difficultés respiratoires, consultez immédiatement votre médecin.