Une fête avec une strip-teaseuse dans une caserne met l'armée dans l'embarras : "C'est un comportement inacceptable"

Les images montrent un soldat attaché à une chaise et battu à coups de fouet par une femme. La femme, une strip-teaseuse, aurait été introduite clandestinement dans la caserne sécurisée.

Les vidéos, obtenues par un journaliste de VTM NIEUWS, montrent une vingtaine de membres du 3e bataillon de parachutistes dansant et buvant de l'alcool.

La soirée était apparemment une fête d'adieu pour un militaire qui rejoignait la police. Elle aurait eu lieu au début du mois de mai, en pleine pandémie de coronavirus, en dépit des mesures sanitaires en vigueur à l'époque.

Violation de la sécurité

Plus grave : une strip-teaseuse peut être vue en train de fouetter un membre du Special Operations Regiment, attaché à une chaise. L'entrée de la caserne de Tielen, où la soirée a eu lieu, est pourtant strictement interdite à toute personne non-militaire.

Interrogé par VTM NIEUWS, le lieutenant-général Marc Thys, numéro deux de la Défense exprime sa colère face à ces images. "C'est un comportement inacceptable dont nous n'avions pas connaissance", déclare-t-il à nos confrères. "C'est une violation claire de la sécurité dans le quartier et cela ne représente pas les normes et les valeurs au sein de notre organisation."

La Défense assure prendre le problème au sérieux. Des enquêtes ont été ouvertes par le service de renseignement militaire SGRS, y compris sur la façon dont la strip-teaseuse a pu entrer dans la caserne. Les militaires présents ont quant à eux tous été identifiés. Une enquête permettra de déterminer les sanctions appliquées, celles-ci pouvant aller de sanctions disciplinaires à plusieurs jours de perte de salaire, selon le lieutenant-général Thys.

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), condamne quant à elle le comportement des militaires qui, selon elle, "nuit à l'image de tous les soldats".

Sur le même sujet