"Une énorme bouffée d'air frais", inquiétudes pour Bruxelles : les réactions après les annonces du Codeco

Les différents secteurs ont fait part de leurs réactions après le Codeco de cet après-midi.

"Une énorme bouffée d'air frais", inquiétudes pour Bruxelles : les réactions après les annonces du Codeco
©BELGA

Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) est satisfait des nouveaux assouplissements pris par le comité de concertation mais émet des inquiétudes pour Bruxelles. "Beaucoup d'indépendants ont encore des chiffres d'affaires en berne. Des mesures d'accompagnement seront dès lors toujours nécessaires?. Le SNI émet enfin de fortes craintes pour la Région Bruxelloise. ?Les autorités bruxelloises doivent 'se bouger' Nous ne pouvons courir le risque d'une discrimination de fait pour les acteurs économiques bruxellois en raison d'un retard dans la vaccination?!", estime le SNI.

Le SNI estime toutefois que les décisions sont une bonne nouvelle pour l'horeca. "C'est une bonne nouvelle de voir notamment l'horeca reprendre 'normalement' ou d'entendre la perspective de réouverture pour les discothèques et le monde de la nuit au 1er octobre".

Le SNI pointe le doigt sur la Région bruxelloise. "Il faut absolument??que les autorités de la capitale prennent sérieusement les choses en main. Beaucoup d'indépendants bruxellois, notamment dans l'hypercentre ou les quartiers européens ou dans ceux de bureau, sont déjà très fortement touchés par les conséquences de la crise (télétravail, absence des touristes?). Il est inconcevable que les acteurs économiques bruxellois soient en plus discriminés de fait par rapport à leurs collègues flamands et wallons en raison d'un retard dans la vaccination?!?", conclue le SNI.

"Une énorme bouffée d'air frais" pour le secteur des mariages

Les restrictions sur les buffets et les soirées dansantes de mariage seront levées à partir du 1er septembre en Flandre et en Wallonie, a décidé vendredi le Comité de concertation, en enclenchant l'étape suivante du plan "été". "C'est pour nous une énorme victoire", a commenté, soulagé, le président de la toute fraîche Fédération belge des prestataires de mariage, Alexandre Hames. "Notre travail a enfin payé", souligne-t-il. Un travail de longue haleine, puisque contrairement à d'autres secteurs fortement touchés par les mesures prises pour endiguer la pandémie, celui des mariages ne bénéficiait pas d'une fédération avant la crise sanitaire. "Cela nous a permis de nous structurer" et d'avoir une vraie force de négociations avec les différents ministères.

La levée des restrictions dans deux Régions est donc perçue comme "une victoire" pour le secteur, mais la mise sur pause des assouplissements à Bruxelles ternit tout de même le tableau. "On s'en doutait depuis quelques jours", relativise M. Hames. "Ce qu'on craint, c'est surtout une concurrence déloyale", notamment entre des salles proches géographiquement, mais situées de part et d'autre de la frontière régionale. La Fédération aurait préféré que les restrictions soient maintenues sur base plus locale, la situation vaccinale n'étant pas la même dans toutes les communes bruxelloises

Sur le même sujet