Le transfert des patients Covid revient sur la table : "Les hôpitaux bruxellois sont victimes de la faible couverture vaccinale"

La situation se complique dans certains hôpitaux bruxellois. Appel à la solidarité.

Le transfert des patients Covid revient sur la table : "Les hôpitaux bruxellois sont victimes de la faible couverture vaccinale"
©BELGA
L.G. (avec Belga)

À l’heure actuelle, les hôpitaux belges font face à une situation globalement calme sur le front de l’épidémie de coronavirus. En date du 23 août, la centaine d’hôpitaux du pays prenait en charge 652 patients Covid confirmés, dont 173 aux soins intensifs. Mais ces patients ne sont pas répartis équitablement entre les différentes régions. À la même date, les institutions bruxelloises comptaient en effet 196 patients hospitalisés (soit 30 % du total du pays), dont 58 aux soins intensifs (33 %).

La région capitale paie ici les frais d’une campagne de vaccination plus compliquée, qui a pour conséquence des contaminations et des hospitalisations plus nombreuses qu’ailleurs. Au 23 août, à Bruxelles, à peine 50,9 % de la population totale était vaccinée avec au moins une dose, contre 72,6 % en moyenne en Belgique ; et 47,7 % des Bruxellois bénéficiaient d’une vaccination complète, contre 68,5 % dans le pays en moyenne. Sur les deux dernières semaines, l’incidence des contaminations est de 512 pour 100 000 à Bruxelles, contre 234 en moyenne en Belgique. Quant au taux de positivité des tests, il est de 6,9 % à Bruxelles, contre 4,8 % en Belgique. Cette situation commence à peser sur le fonctionnement des hôpitaux bruxellois, où le taux d’occupation des lits de soins intensifs par des patients Covid est de 22 %, contre 9 % en moyenne dans le pays.

"Le personnel soignant est à bout"

Face à ce constat, le Comité Hospital&Transport Surge Capacity a plaidé mercredi matin sur Radio 1, par la voix de Marcel Van der Auwera, chef du département aide médicale urgente au SPF Santé publique, pour que l'on fasse preuve de solidarité avec les hôpitaux bruxellois et que l'on se penche dès à présent sur la manière de répartir les patients. Bruxelles redoute une quatrième vague de contaminations avec un pic début octobre et donc davantage d'hospitalisations. "Une situation loin d'être évidente", selon Marcel Van der Auwera qui rappelle que "le personnel soignant est à bout après pratiquement deux années de Covid-19". "Les hôpitaux bruxellois n'ont pas choisi pour cette faible couverture vaccinale au sein de leur population. Ils en sont aussi les victimes. Soyons solidaires de ces hôpitaux et étudions déjà la répartition des patients", demande-t-il.

Situation contrastée

Le taux d'occupation des hôpitaux par des patients Covid est faible, poursuit Marcel Van der Auwera, qui ajoute que le "sentiment d'urgence a disparu chez beaucoup. Nous voulons sensibiliser dès aujourd'hui le personnel et les hôpitaux à propos de la répartition des patients".

Interrogé par La Libre, Yves Smeets, directeur général de Santhea, fédération d'hôpitaux publics bruxellois et wallons, juge logique de réfléchir à une bonne répartition des patients Covid entre hôpitaux. "Depuis l'an dernier, il existe un mécanisme de transferts entre hôpitaux en fonction de la situation de chacun. Et effectivement, certains hôpitaux bruxellois voient augmenter leur taux d'occupation par des patients Covid. Ils commencent à être pleins, sachant qu'on est retombé en phase zéro (qui prévoit moins de places pour les patients Covid, NdlR). L'idée est de ne pas surcharger ces hôpitaux et de ne pas les obliger à augmenter leur nombre de lits Covid."

Yves Smeets estime cependant qu'avant d'envoyer des patients bruxellois vers les hôpitaux wallons ou flamands, "il serait logique d'effectuer d'abord ces transferts entre hôpitaux bruxellois". "Certains hôpitaux bruxellois accueillent 20 ou 30 patients Covid, d'autres seulement quelques-uns. Pour le confort du patient, c'est mieux de rechercher une solution de proximité à Bruxelles. Et ce, même si les hôpitaux wallons sont prêts à aider."