Bus de vaccination, 3e dose, médecins généralistes: la Wallonie veut donner un coup d'accélérateur à sa campagne

La Wallonie se donne deux mois pour convaincre une majorité de personnes réticentes au vaccin.

S.Ta

C’est désormais officiel, la Wallonie octroiera une troisième dose de vaccins aux personnes immunodéprimées qui sont plus fragiles par rapport au virus, même en ayant déjà reçu deux doses - les personnes en dialyse, celles atteintes d’un cancer ou encore les personnes transplantées. Cette troisième dose qui concerne 150 000 Wallonnes et Wallons sera inoculée à partir du début du mois de septembre via les hôpitaux. Toutes les personnes concernées devront l’avoir reçue pour le 15 octobre.

Avec 80 % de personnes âgées de 18 ans et plus qui ont reçu une dose de vaccins contre le Covid et 78 % qui ont reçu une double dose, la Wallonie fait un peu moins bien que la Flandre (91 et 89 %) et beaucoup mieux que Bruxelles (64 et 61 %). Pourtant ces chiffres stagnent un peu désormais. Un grand nombre de Wallonnes et de Wallons restent, comme ailleurs, réticents à se faire vacciner. Mais parmi ces irréductibles, il y en a qui pourraient se laisser convaincre. "L'important c'est de discuter avec eux. Il y a des irréductibles qui constatent désormais que le fait de se faire vacciner ne vous rend pas bizarre et qui changent d'avis", explique Lambert Stamatakis le Monsieur Covid en Wallonie - il a remplacé à ce poste, Yvon Englert.

Bus de vaccination, 3e dose, médecins généralistes: la Wallonie veut donner un coup d'accélérateur à sa campagne
©IPM Graphics

C'est pour cette raison, notamment, que le gouvernement wallon a décidé de se donner deux mois pour convaincre tous ceux qu'il est possible de convaincre. "Une campagne de sensibilisation sera aussi menée vers les jeunes pour les encourager à se faire vacciner", explique la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS).

Pour parvenir à réaliser ce double objectif, la ministre a présenté, jeudi, la stratégie qui sera mise en place à partir du 1er septembre. "Il y aura seize centres de vaccinations répartis sur l'ensemble du territoire. Ils seront ouverts pendant deux mois, 10 heures par jour et ils pourront assurer jusqu'à cinq lignes de vaccination. Les personnes qui le souhaitent pourront aller se faire vacciner avec ou sans rendez-vous. Nous ouvrirons aussi trois antennes fixes à Louvain-la-Neuve, Liège et Namur sur les campus universitaires. Et enfin, il y aura aussi quatre bus de vaccination pour les hautes écoles et les universités dans les régions de Mons, du Centre, de Charleroi, de Verviers et en province de Luxembourg", précise la ministre. Les seize centres seront à Mouscron, Tournai, Mons, Soignies, Tubize, Binche, La Louvière, Charleroi, Fosses-la-Ville, Wavre, Namur, Huy, Bierset, Liège, Pepinster et Libramont.

Les généralistes vaccineront

Par ailleurs, les médecins généralistes pourront vacciner leurs patients. Ce sont les centres de vaccination proches de leurs cabinets et les pharmacies qui seront chargées de les fournir en vaccins.


Sur le même sujet