Steven Van Gucht met en garde contre une éventuelle quatrième vague à l'automne: "Elle affecterait davantage Bruxelles"

A la veille de la rentrée des classes, le virologue Steven Van Gucht a mis en garde.

La Rédaction (avec Belga)

On le sait: certaines mesures vont encore être assouplies en ce mois de septembre (la fin de l'heure de fermeture dans l'Horeca en Wallonie et en Flandre par exemple). Et qui dit 1er septembre dit également rentrée des classes. Face à tout cela, le virologue Steven Van Gucht a tenu à mettre en garde face à une éventuelle quatrième vague à l'automne, qui pourrait avoir une intensité se situant entre la deuxième et la troisième vague.

"Les modèles à long terme supposent une quatrième vague potentielle, mais la fourchette dans laquelle le nombre de contacts à risque augmentera déterminera la hauteur de la courbe", a indiqué le spécialiste de l'institut sanitaire Sciensano. "Avec une augmentation de 50%, les modèles prévoient jusqu'à 400 admissions à l'hôpital par jour et un pic de plus de 1.000 patients du Covid en soins intensifs en octobre ou novembre. Cette quatrième vague potentielle affectera davantage Bruxelles que la Wallonie et la Flandre. Cela s'explique par le taux de vaccination plus faible dans la capitale", ajoute-t-il encore.

Steven Van Gucht précise encore que "si nous parvenons à limiter le nombre de contacts à risque à une augmentation de 30%, le nombre d'admissions hospitalières prévues sera réduit de moitié".

Le virologue, qui souligne qu'il ne s'agit ici que de prédictions encore incertaines, rappelle enfin l'importance de rester prudent et de continuer à respecter certaines règles, comme le port du masque et une bonne ventilation.