Les hôpitaux belges repassent en phase 1A: les soins non urgents à nouveau reportés

Un quart des lits doit à nouveau être libéré pour les patients atteints du coronavirus.

Les hôpitaux belges repassent en phase 1A: les soins non urgents à nouveau reportés
© MAXPPP
Ad.R. avec Belga

En raison du nombre croissant de patients Covid-19 admis à l'hôpital, douze établissements hospitaliers belges sont de nouveau contraints de reporter les soins réguliers non urgents, ressort-il d'une note du Comité Hospital & Transport Surge Capacity (HTSC), que Belga a pu parcourir mercredi. L'organe consultatif appelle par conséquent tous les hôpitaux, s'ils ne l'ont pas déjà fait, à passer à la phase 1A du Plan Surge Capacity d'ici le 15 septembre, afin qu'un quart des lits des soins intensifs soient derechef réservés aux patients Covid-19. Les données épidémiologiques et d'hospitalisation présentent ces derniers jours une tendance à la hausse continue. Les hôpitaux belges comptaient 701 patients Covid-19 mardi, dont 225 dans les unités de soins intensifs (USI), selon les derniers chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano. Le pays disposant de 2.000 lits USI, la marge est encore importante, mais en raison de la concentration de patients dans certaines régions, le taux global d'occupation de ceux-ci par des patients Covid-19 a dépassé 25% au sein de 12 hôpitaux. Dans ces établissements, les soins réguliers non urgents doivent donc de nouveau être reportés.

Selon le Comité Hospital & Transport Surge Capacity, les hôpitaux vont être contraints de passer à une phase supérieure du Plan Surge Capacity dans les prochains jours. Afin d'"anticiper ce besoin inévitable", il demande "à tous les hôpitaux généraux et universitaires, s'ils ne l'ont pas déjà fait, de passer à la phase 1A du Plan Surge Capacity" et "d'augmenter progressivement leur capacité USI Covid pour qu'au plus tard mercredi 15 septembre, 25% de la capacité USI agréée soient réservés aux patients Covid-19". Le HTSC plaide en outre pour la reprise des enregistrements des admissions de patients Covid-19 pendant le week-end, à partir du 18 septembre.

L'augmentation du nombre d'hospitalisation étant soutenue mais lente, l'organe consultatif recommande par ailleurs une étape intermédiaire entre la phase 1A et la phase 1B, jugeant cette dernière trop lourde. Elle réserve en effet la moitié des lits des soins intensifs aux patients Covid-19. Le Comité Hospital & Transport Surge Capacity ajoute donc, comme il l'avait fait en mars 2021, une phase intermédiaire, la 1A+. Celle-ci prévoit qu'un tiers des lits des soins intensifs soient réservés aux patients Covid-19. Les hôpitaux dont les USI sont remplies au quart de patients Covid-19 doivent prendre les mesures nécessaires pour passer à cette phase intermédiaire dans les 48 heures, souligne-t-il.

Le HTSC ajoute que l'objectif est toutefois d'éviter le passage à des phases supérieures. La répartition des patients est cruciale à cet égard, selon lui. "Seule une répartition optimale, solidaire, dans tous les hôpitaux, peut garantir les soins réguliers des patients non-Covid", poursuit-il. "Le plan de répartition est un élément essentiel pour garantir la qualité des soins aux patients Covid et non Covid, mais aussi pour répartir la charge de travail et réduire la pression sur le personnel et les institutions."

Le Comité Hospital & Transport Surge Capacity est un organe consultatif regroupant entre autres l'infectiologue Erika Vlieghe et l'intensiviste Geert Meyfroidt, sous la présidence de Marcel Van Der Auwera, chef de service Aide urgente au SPF Santé publique. Le HTSC se réunit depuis le début de la crise du coronavirus afin de garantir des mesures de contrôle adéquates et efficaces au niveau des hôpitaux et de la capacité de transport des patients.