Steven Van Gucht souligne d'importantes disparités régionales au niveau de la situation sanitaire et alerte sur une province en particulier: "Cela devra être suivi"

D'après les derniers chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano, entre le 31 août et le 6 septembre, une moyenne de 1.937 infections a été enregistrée chaque jour, soit une baisse de 6% par rapport aux sept jours précédents. Cependant, il ne faudrait pas y voir une raison de se relâcher selon le virologue Steven Van Gucht, dont les propos sont relayés par Het Laatste Nieuws.

Steven Van Gucht souligne d'importantes disparités régionales au niveau de la situation sanitaire et alerte sur une province en particulier: "Cela devra être suivi"
©BELGA

"On ne voit pas encore l'impact de la rentrée et des nombreux assouplissements qui ont été mis en place en septembre", explique Steven Van Gucht. "Il y a moins de tests, en partie parce qu'il y a moins de déplacements qu'en août. Le pourcentage de tests positifs n'a néanmoins augmenté que de 5,4 à 5,5 %. Normalement, cela augmente davantage si vous testez moins. Nous pouvons donc maintenant parler d'une stabilisation", précise le virologue.

Il existe cependant des différences importantes entre les régions. Selon l'expert, elles s'expliquent en grande partie par le taux de vaccination: "En Flandre, il y a une diminution des contaminations. C'est également le cas dans la tranche d'âge des 10-19 ans. Ce groupe est maintenant aussi largement vacciné. En comparaison, dans le groupe des 0 à 9 ans - qui n'a pas été vacciné - nous avons vu une augmentation en Flandre la semaine dernière", détaille-t-il.

Cependant, à Bruxelles, où le taux de vaccination des adolescents est bien inférieur (28% contre 81% en Flandre), les chiffres augmentent: "Les chiffres généraux des infections en région bruxelloise ont diminué de 3% mais nous sommes toujours à un niveau très élevé surtout si on le compare avec le reste de l'Europe", prévient-il. "En Wallonie, la tendance est moins positive. Le nombre d'infections y a augmenté de 7 %. Les augmentations les plus fortes sont observées dans le Hainaut et à Liège. La province de Liège a le taux d'infections et d'hospitalisations le plus élevé et la tendance est toujours à la hausse. Cela devra être suivi", conclut Steven Van Gucht.

Sur le même sujet