Les Finshops, ces boutiques de l’État devenues le paradis des bonnes affaires

Entre les objets saisis ou confisqués par la justice et ceux perdus en cours de livraison, l’acheteur y trouve de tout.

Quelques grosses cylindrées, des robes de haute couture, des bijoux, des vélos mais aussi des robots de cuisine neufs ou usagés, des livres, des autoradios ou encore des vieux ordinateurs. "Serge aussi est à vendre", lance Nadège Minschaert, responsable...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité