Frank Vandenbroucke inquiet face à l'augmentation des nouvelles contaminations: "Il est fou de ne pas se faire vacciner, c'est une bêtise"

Invité dans l'émission "C'est pas tous les jours dimanche", Frank Vandenbroucke a fait le point sur la situation actuelle.

Frank Vandenbroucke inquiet face à l'augmentation des nouvelles contaminations: "Il est fou de ne pas se faire vacciner, c'est une bêtise"
©BELGA
A. Dms

Le ministre fédéral de la Santé est revenu sur l'épidémie de coronavirus en Belgique, dont les indicateurs sont à la hausse. La situation est particulièrement critique à Bruxelles, en province de Liège et en région germanophone. "Ce sont des chiffres inquiétants, mais je crois qu'il faut d'abord appliquer de façon scrupuleuse les mesures existantes", a déclaré Frank Vandenbroucke. "Les gouvernements bruxellois et wallons ont eu raison de maintenir tout une série de mesures comme le port du masque, la distanciation sociale et l'usage du Covid Safe Ticket".

Le socialiste a appelé tout un chacun à suivre ces mesures, ainsi qu'à bien contrôler leur mise en application. "Je crois que c'est un instrument de sécurité. C'est aussi, dans un certain sens, un instrument de liberté, parce que le Covid Safe Ticket permet la liberté dans les cafés, dans les restaurants, les clubs".

Une situation "fragile"

Le ministre de la Santé a également abordé le faible taux de vaccination encore observé à Bruxelles, Liège et Charleroi. "C'est une situation risquée et fragile", admet Vandebroucke. "On voit bien une corrélation entre le nombre de contaminations d'un côté et la non-vaccination de l'autre". Le ministre a rappelé que les chiffres montraient que le risque d'être hospitalisé diminuait de façon très significative lorsque l'on est vacciné, même s'il n'a pas donné de chiffre précis. "Il est fou de ne pas se faire vacciner, c'est une bêtise", a ajouté le ministre socialiste.

"Malgré tous les efforts déployés par tous les ministres compétents, la progression à Bruxelles reste trop faible", a ajouté Frank Vandenbroucke, soulignant que la situation à Liège et Charleroi n'était pas aussi grave. "Je crois qu'il faut renforcer les efforts. Il est vraiment risqué de voir une circulation de ce virus, qui est quand même dangereux, et une population où, comme à Bruxelles, presque la moitié de la population n'est pas vaccinée".

En Flandre, où la vaccination est plus avancée, la plupart des mesures sanitaires ont été supprimées. Selon le ministre de la Santé, cela prouve qu'il est possible de différencier les mesures en fonction de la situation sanitaire. "Personnellement, je regrette que le gouvernement flamand ne permette pas l'usage du Covid Safe Ticket dans la périphérie bruxelloise", a-t-il tout de même concédé, ajoutant que les problèmes ne sont pas tellement différents à Vilvoorde. "Je crois qu'il aurait été plus intelligent, dans le chef du gouvernement flamand, de permettre l'usage du Covid Safe Ticket dans la périphérie de Bruxelles".

Quid d'une 3eme dose ?

Frank Vandenbroucke a également abordé la question de la troisième dose de vaccination. Il a annoncé qu'un avis a été demandé aux experts sur la question. Celui-ci devrait arriver pour le début du mois de novembre et traitera plusieurs questions, comme la nécessité d'une 3eme dose pour le personnel soignant ou les personnes de moins de 65 ans avec comorbidités. Quant à une 3eme dose pour la totalité des Belges, le ministre ne ferme pas totalement la porte. "Je ne vais pas dire non, mais actuellement nous n'avons pas de données probantes qui nous font conclure qu'il faut donner une 3eme dose à la population", ajoute-t-il.

Retrouvez les derniers chiffres de la pandémie de Covid en Belgique

Sur le même sujet