Vers une troisième dose de vaccin pour tous? Le gouvernement flamand y est favorable, Frank Vandenbroucke temporise

Le gouvernement flamand veut étendre la possibilité de recevoir une troisième dose de vaccin contre le coronavirus à une plus large population, a indiqué à Belga vendredi le cabinet du ministre-président Jan Jambon.

Vers une troisième dose de vaccin pour tous? Le gouvernement flamand y est favorable, Frank Vandenbroucke temporise
©AFP
BELGA

Le gouvernement flamand a demandé au Conseil supérieur de la Santé de faire le plus vite possible la clarté sur cette troisième dose et espère ainsi que la Conférence Interministérielle Santé Publique pourra se prononcer sur ce point rapidement.

Après les résidents des maisons de repos, les personnes immunodéprimées et les plus de 65 ans, le reste de la population aurait donc également la possibilité de recevoir une troisième dose, ou, dans le cas d'un vaccin Johnson & Johnson, une deuxième dose. L'objectif est de renforcer la protection de toute la population.

Concrètement, la Flandre souhaite administrer une troisième dose à tous les résidents âgés de plus de 12 ans, via les centres de vaccination. Mais la Région doit pour cela attendre un avis du Conseil supérieur de la Santé.

Actuellement, en Flandre, environ 80% de la population sont entièrement vaccinés. En outre, 350.000 personnes (5,3%) ont déjà reçu une dose supplémentaire.

"La vaccination est et reste la manière de vaincre le virus. En Flandre, grâce au taux de vaccination élevé, nous pouvons travailler et vivre librement, mais la vigilance reste de mise", ajoute Jan Jambon.

Une troisième dose, c'est une décision prise en concertation, rappelle Vandenbroucke

L'administration éventuelle d'une troisième dose de vaccin contre la Covid-19 à l'ensemble de la population est une décision qui est prise en concertation entre les différents gouvernements au sein de la conférence interministérielle Santé sur la base d'une analyse scientifique, a fait remarquer vendredi le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, en commission de la Chambre à la suite de la communication du gouvernement flamand.

"Pour moi, c'est nouveau", a expliqué M. Vandenbroucke qui dit n'avoir reçu aucune communication du ministre flamand de la Santé, Wouter Beke, allant dans ce sens.

"Ce sont des décisions prises par la conférence interministérielle (CIM) sur la base d'avis scientifiques du Conseil supérieur de la Santé (CSS) et la Taskforce vaccination qui se fondent sur des analyses et la connaissance scientifiques", a ajouté le ministre fédéral.

Jusqu'à présent, l'administration d'une troisième dose est organisée pour les personnes immunodéprimées et de plus de 65 ans. La CIM a demandé au CSS un avis sur la nécessité d'une dose supplémentaire pour le personnel soignant, les personnes de moins de 65 ans présentant des comorbidités et celles vaccinées à l'AstraZeneca ou au Johnson & Johnson. L'avis sur les deux premiers points est attendu le 3 novembre. S'il était favorable à une dose supplémentaire pour les soignants, la campagne doit alors commencer "immédiatement", estime M. Vandenbroucke, afin d'apporter à ce personnel une "protection optimale".

La question des prochaines étapes est également posée, a précisé le ministre qui s'est toutefois montré ouvert à ce que la CIM Santé lors de sa prochaine réunion pose "explicitement" au CSS la question d'une troisième dose pour toute la population et du moment de celle-ci.

Le ministre fédéral a insisté sur la prudence qu'il fallait afficher dans les déclarations dans ce domaine au vu de l'évolution constante des connaissances scientifiques.

Sur le même sujet