"Je voudrais savoir sur quelle base scientifique le gouvernement flamand s'appuie pour annoncer une 3e dose à toute la population"

Dirk Ramaekers, chef du groupe de travail sur la vaccination, réagit à l'annonce du gouvernement flamand de proposer à la population générale une troisième dose de vaccin contre le coronavirus.

"Je voudrais savoir sur quelle base scientifique le gouvernement flamand s'appuie pour annoncer une 3e dose à toute la population"
©Belga
La Rédaction (avec Belga)

Pour rappel, le cabinet du ministre-président Jan Jambon annonçait ce vendredi que le gouvernement flamand voulait étendre la possibilité de recevoir une troisième dose de vaccin contre le coronavirus à une plus large population. Concrètement, la Flandre veut donner à toutes les personnes de plus de 12 ans une piqûre supplémentaire (troisième dose). La vaccination serait administrée par les centres de vaccination. Mais avant de pouvoir commencer cette vaccination supplémentaire, la Flandre attend l'avis du Conseil supérieur de la santé. Le gouvernement flamand lui a demandé de "faire rapidement la clarté, afin que la CIM (Conférence interministérielle de la santé publique, ndlr) puisse également prendre une décision rapide à ce sujet."

Si le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke avait déjà réagi vendredi, estimant qu'"une troisième dose est une décision prise en concertation", c'est au tour ce samedi de Dirk Ramaekers, chef du groupe de travail sur la vaccination, de s'exprimer. "Pour l'instant, il n'y a aucune preuve scientifique que l'immunité diminue dans la population jeune et en bonne santé", indique-t-il.

Dirk Ramaekers ajoute que la Taskforce Vaccination, tout comme le Conseil de la santé avec lequel elle coopère intensivement, travaille toujours de la manière la plus scientifique possible. "Nous surveillons la situation dans le monde entier. Surtout la situation aux États-Unis et au Royaume-Uni, car ils ont environ deux mois d'avance sur nous. Depuis l'été, nous tenons également compte du fait que la population générale pourrait avoir besoin d'une troisième injection, mais sur la base d'arguments scientifiques. Je voudrais donc savoir sur quelle base scientifique le gouvernement flamand s'appuie pour annoncer maintenant ce troisième vaccin", se demande Dirk Ramaekers.

En outre, le chef du groupe de travail sur la vaccination remet sur la table un élément éthique. "La priorité absolue est maintenant de donner des vaccins à des pays où encore moins de personnes ont été vaccinées. Nous avons déjà fait don de quelque trois millions de doses à COVAX et nous continuerons à le faire".

Enfin, Dirk Ramaekers rappelle que la généralisation de la troisième dose n'est pas une solution ad hoc pour enrayer la courbe ascendante des contaminations en Flandre. "Pourquoi ne pas se tourner vers des mesures simples qui ont déjà fait leurs preuves, comme le masque buccal et le Covid Safe Ticket?", s'interroge le spécialiste.

Sur le même sujet