Coronavirus: le commissaire corona Pedro Facon pointe un problème majeur dans les écoles

Pedro Facon est revenu sur la situation de l'épidémie dans les établissements scolaires.

Dans l'enseignement primaire, les infections sont en forte hausse. Ce qui force les classes à se mettre en quarantaine. Actuellement, la règle est la suivante: avec deux cas positifs, une classe peut fermer ses portes. Une mesure trop stricte selon certains parents car cela les oblige à rester à la maison avec leurs enfants.

Pour tenter de contrer l'épidémie, le masque va redevenir obligatoire pour les élèves du secondaire. Les professeurs du secondaire comme ceux du primaire devront également se plier à cette règle dans les écoles wallonnes (jusqu’ici, ce n’était en vigueur qu’à Bruxelles) à partir de Toussaint.

Pedro Facon, commissaire corona du gouvernement fédéral, était l'invité de la matinale de RTL ce jeudi matin. Il est revenu sur la situation dans les écoles.

Pour lui, pas de doute: ces mesures étaient une obligation. "On voit qu'il y a une hausse des infections mais celle-ci est limitée dans les écoles secondaires grâce à la vaccination, surtout du côté néerlandophone. En Flandre, 85% des 12-15 ans ont déjà reçu leur première dose. En Wallonie, on est à 60%. Par contre, à Bruxelles, il y a encore un effort à faire".

Selon lui, il existe une vraie différence entre les écoles secondaires et primaires. "Il y a moins d'infections dans les écoles secondaires où il y a beaucoup de vaccinés. Par ailleurs, on voit qu'il y a une forte hausse ces dernières semaines dans l'enseignement primaire où les enfants ne sont pas vaccinés", ajoute-t-il.

Le commissaire corona estime qu'il existe un réel problème dans les écoles primaires. "Il y a beaucoup d'enfants infectés. Ils ont des contacts avec leurs parents. On sait que certains peuvent être vaccinés et quand même être infectés".

Quelle est donc la solution? "La stratégie de testing doit se prolonger dans les écoles", explique Pedro Facon. "Mais il faudrait voir ce qu'on peut faire avec ces quarantaines à répétition qui sont parfois très lourdes pour les écoles et les élèves. Mais si on allège un front, il faut renforcer un autre front."

Par cette phrase, le spécialiste corona sous-entend que la Wallonie va devoir faire comme la Flandre. A savoir imposer le masque pour les élèves du 5ème et 6ème primaire. Une mesure qui fait énormément débat dans le pays.


Sur le même sujet