Six ans après, les attentats du 13 novembre collent à la peau de Molenbeek

Malgré des projets urbains et une amorce de gentrification, la commune en périphérie de Bruxelles, "berceau" des terroristes de Paris et Saint-Denis, demeure profondément isolée. Rencontre avec les habitants solidaires, mais toujours méfiants, d’une ville belge poursuivie par ses fantômes et porteuse d’une "millefeuille de réalités".

Six ans après, les attentats du 13 novembre collent à la peau de Molenbeek
©Belga
Guillaume Gendron pour Libération
C'est un bâtiment d'angle aux briques rougeâtres, le genre qui a valu jadis à Molenbeek-Saint-Jean le surnom de «Petit Manchester». De l'autre côté de la vitre, sur laquelle on a scotché " voisins solidaires" en lettres colorées, des enfants flanqués de leur mère finissent leurs devoirs. D'autres commencent un jeu de société. Sur une porte, les lambeaux...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité