Obligation vaccinale des soignants: les fédérations d'établissements de soin veulent plus

Le ministre fédéral de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, a déposé au gouvernement un avant-projet de loi imposant la vaccination obligatoire aux soignants.

Belga

Le 1er avril, les professionnels du secteur qui ne se sont pas fait vacciner risquent de perdre leur agrément. La Fédération des CPAS wallons, Femarbel, Santhea et Unessa saluent une "décision courageuse" mais regrettent que le cas du personnel non soignant travaillant dans les institutions de soins soit renvoyé aux Régions. Elles demandent que cette obligation soit prévue dans le code du bien-être au travail (fédéral), comme c'est le cas de la vaccination contre l'hépatite B, par exemple. "Si l'avant-projet de loi constitue une avancée, elle n'est pas suffisante. 30 à 40% du personnel (des MR/MRS) n'est pas du personnel de soins. L'obligation vaccinale à une partie du personnel et pas à son ensemble serait questionnante en termes d'équité et d'efficacité", relèvent les fédérations.

Partager les responsabilités en la matière entre entités fédérées selon qu'il s'agisse du personnel soignant ou non risque de créer "des problèmes potentiels multiples" : "risque de dates d'application disparates ; possibles divergences dans les régimes de période transitoire et de sanctions, incompréhension du personnel et partant problème de communication et de légitimité,?", notent-elles encore.

Le plus efficient serait dès lors, selon elles, que l'obligation vaccinale de tout le personnel travaillant dans les établissements de soins, qu'il soit soignant ou administratif etc., soit régi par le code du bien être au travail. Ou "à défaut", "que le cadre de l'obligation vaccinale dans les institutions de soins soit uniformisé via un accord de coopération, à charge des Régions et Communautés de l'adopter par Décret ou Ordonnance".

Sur le même sujet