Troisième dose de vaccin validée pour tous

La reprise de la pandémie de Covid-19 inquiète les différents ministres de la Santé.

AdM (avec Belga)

La conférence interministérielle des ministres de la Santé (CIM) a validé mercredi matin le principe d’une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 pour tout le monde. Les ministres de la Santé ont donc un accord de principe, comme nous le confirme la porte-parole de Frank Vandenbroucke, ministre fédéral de la Santé.

La stratégie sur le quand et le comment, donc le schéma organisationnel, sera définie le 27 novembre dans une autre réunion de la CIM.

"D'ici le 27 novembre, un avis étayé est demandé au CSS (Conseil supérieur de la santé, NdlR) pour que les ministres puissent prendre la meilleure décision en matière de santé publique quant aux priorités de vaccination et au timing", nous précise la porte-parole de Christie Morreale (PS), ministre wallonne de la Santé. Il sera donc question de définir après combien de mois cette troisième dose sera administrée et quel type de vaccin sera privilégié.

Autre question sur laquelle les autorités devront se pencher : l’opportunité ou non de demander cette troisième dose à terme pour le Covid Safe Ticket.

Dose "booster" pour le vaccin Janssen

Les différents ministres de la Santé ont également approuvé l'administration d'un vaccin "booster" aux personnes ayant reçu le vaccin unidose de la société pharmaceutique Janssen (Johson&Johnson) contre le coronavirus. "La CIM a pris cette décision sur la base d'un avis du Conseil supérieur de la santé, qui est parvenu à cette conclusion après avoir analysé des données scientifiques belges et internationales provenant des États-Unis et d'ailleurs", ont indiqué les huit ministres et le commissaire corona au gouvernement fédéral, Pedro Facon, dans un communiqué.

Actuellement, toutes les personnes vaccinées de plus de 65 ans et les professionnels de la santé sont invités à recevoir un vaccin "boost". "À partir de la mi-décembre, les personnes ayant reçu le vaccin de Janssen seront également invitées", a précisé la CIM.

Pic de la quatrième vague d’ici fin novembre

La CIM constate par ailleurs que la situation épidémiologique actuelle "est et reste préoccupante", alors que le nombre de personnes qui tombent malades, sont hospitalisées ou décèdent a fortement augmenté depuis octobre 2021.

"Aujourd'hui, au début de l'automne, la pression sur le système de soins de santé est particulièrement élevée. Cela vaut pour le système hospitalier, qui consacre aujourd'hui environ un quart de sa capacité d'accueil en soins intensifs aux soins Covid-19. Cette part augmentera et entraînera à nouveau le report d'autres soins, non liés au Covid-19", soulignent les ministres. Selon eux, les modèles prospectifs montrent que le pic de cette quatrième vague n'a pas encore été atteint et que le niveau le plus élevé sera probablement atteint durant la seconde quinzaine de novembre. "La vaccination est et reste notre instrument le plus puissant contre la maladie et l'hospitalisation", ont encore répété les ministres.

Sur le même sujet