Forte hausse des contaminations et des hospitalisations en une semaine, le pic de la 4e vague pourrait toujours être atteint fin novembre

Les indicateurs poursuivent leur hausse.

Forte hausse des contaminations et des hospitalisations en une semaine, le pic de la 4e vague pourrait toujours être atteint fin novembre
©BELGA

Le nombre de contaminations au coronavirus a augmenté de 42% et celui des hospitalisations liées au Covid-19 de 20% en une semaine de temps, indique vendredi le Centre de crise. Intervenait pourtant dans le calcul la période des vacances d'automne, souligne-t-il encore.

Ce chiffre des contaminations doit cependant être considéré comme surestimé, en raison de la présence d'un jour férié (le 1er novembre), estiment les experts qui préfèrent prendre en compte une hausse de 20%.

Lundi dernier, on a néanmoins enregistré une augmentation de 15.000 cas, ce qui fait que la situation est à l'un des plus hauts niveaux depuis le début de la pandémie.

C'est en Flandre et chez les 7-12 ans et les plus de 65 ans que cette hausse est la plus marquée. Bruxelles connaît une petite diminution mais peut-être pas encore significative.

Le taux de positivité reste élevé à 11,9%, soit le plus haut en 2021.

Les hospitalisations sont en augmentation de 20% sur la période. Avant-hier/mercredi, on en a enregistré 284 nouvelles.

En soins intensifs, les admissions ont augmenté de 30%, 472 lits sont occupés désormais. Les experts s'attendent à ce qu'on passe le cap des 500 patients en SI ce week-end.

Le nombre de décès reste stable à une moyenne quotidienne de 22

Le pic de la 4e vague fin novembre, toujours possible, selon les experts

Le pic de la 4e vague de contaminations au coronavirus pourrait toujours être atteint fin novembre, ont maintenu les experts du Centre de crise lors de leur point de presse vendredi. En dehors de ce cénacle, certains s'inquiètent tout de même et estiment que d'autres mesures seraient bienvenues afin d'endiguer la phase actuelle. Notamment le virologue Marc Van Ranst (KU Leuven). Il estime cependant qu'il ne lui revient pas de détailler la nature de ces éventuelles décisions, cette tâche revenant au gouvernement, assure-t-il.

Le biostatisticien Geert Molenberghs (UHasselt/KU Leuven) préfèrerait quant à lui voir annuler les marchés de Noël ou autres gros événements du genre, a-t-il dit sur les ondes de Radio 1 vendredi.

Un comité de concertation est prévu le 19 novembre.

Enfin, en conférence de presse, le Centre de crise a précisé qu'il n'y avait pour le moment pas encore d'idée de date pour l'arrivée en Belgique des traitements anti-viraux. Dans la semaine, le président français Emmanuel Macron avait évoqué la fin de l'année pour ce qui est de l'Hexagone.

Sur le même sujet