Geert Molenberghs : "Ce serait une sage décision de ne pas organiser les marchés de Noël"

Les chiffres de l'épidémie de Covid-19 sont tellement mauvais qu'il devient quasiment intenable de garder les mesures actuelles en vigueur. Pour Geert Molenberghs, il faut même annuler tous les grands événements, comme les marchés de Noël.

Geert Molenberghs : "Ce serait une sage décision de ne pas organiser les marchés de Noël"
©D.R./BELGA
J.Co.

Pour la deuxième année consécutive, et malgré le vaccin, la situation sanitaire se détériore en cette fin d'année. Alors que la Belgique traverse actuellement la quatrième vague, de nouvelles mesures vont sans doute être annoncées vendredi 19 novembre, lors du prochain Comité de concertation qui s'annonce bien plus tendu qu'on ne le pensait.

Quelles seront ces mesures? C'est forcément toute la question, alors que 75% de la population totale en Belgique est complètement vaccinée. "Nous avons un peu trop compté sur les vaccins" , a reconnu Geert Molenberghs (UHasselt, KULeuven) sur Radio 1 (VRT). " La puissance du variant Delta est toujours sous-estimée. Avec le variant de Wuhan (NDLR: la souche originale du virus), le problème aurait en grande partie déjà été résolu. Mais le taux de vaccination n'est aujourd'hui pas suffisant ."

Selon le biostatisticien, il est fort probable qu'on atteigne au moins les 600 lits Covid aux soins intensifs, voire plus. Pour l'heure, il y a 450 patients Covid en USI en Belgique. De quoi rendre des nouvelles restrictions "inévitables" selon M. Molenberghs.

"Nous devrions par exemple bien réfléchir aux événements de masse où de nombreuses personnes se rassemblent. Sans pointer du doigt Gand (NDLR: pour son festival de lumières qui attire des milliers des personnes) et Bruxelles, de tels événements sont très difficiles à organiser au vu de la situation actuelle. Ce sont des rassemblements qui profitent toujours au virus ." Au sujet des Plaisirs d'Hiver, Geert Molenberghs avoue qu'une réflexion est nécessaire. "Ce serait une sage décision de ne pas les organiser" , reconnaît-il à regret.

Et de mettre en perspective les chiffres actuels: " Nous en sommes actuellement à 20 décès par jour. Cela fait 7000 décès sur l'année. C'est l'équivalent de 7 saisons de grippe. Pour toutes ces raisons, nous n'en sommes pas encore au stade de pouvoir 'vivre avec le virus' ."