Pour les migrants déboutés, le retour chez soi est parfois délicat: "Je suis resté plusieurs mois tout seul, enfermé dans ma chambre sans voir personne"

L’Office des étrangers a des programmes, mais les candidats sont peu nombreux.

Pour les migrants déboutés, le retour chez soi est parfois délicat: "Je suis resté plusieurs mois tout seul, enfermé dans ma chambre sans voir personne"
©Belga
Quartier de Tivouane Peulh, à une trentaine de kilomètres du centre de Dakar. La délégation belge se fraie un chemin parmi les voitures pétaradantes, les charrettes tirées par les chevaux et les petites échoppes. Dans cette communauté rurale à la périphérie...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet