Masque dès 9 ans, réduction des contacts, télétravail obligatoire... Voici les recommandations des experts du GEMS face à la quatrième vague de Covid-19

Le GEMS a rendu un nouveau rapport ce lundi. Et les perspectives ne sont pas bonnes.

Masque dès 9 ans, réduction des contacts, télétravail obligatoire... Voici les recommandations des experts du GEMS face à la quatrième vague de Covid-19
©Jean Luc Flemal

La quatrième vague de coronavirus touche la Belgique de plein fouet. Le nombre de contaminations repart en flèche. Mais c’est surtout la hausse des admissions à l’hôpital, singulièrement dans les unités de soins intensifs, qui inquiète : on a dépassé la barre des 500 lits occupés au cours du week-end. Le secteur hospitalier écope. Et les perspectives ne sont pas bonnes. Dans une semaine, on devrait atteindre 600 patients Covid hospitalisés en soins intensifs et même 700 d’ici la fin novembre, indique le rapport du GEMS (le groupe d’experts chargés de conseiller les autorités dans la crise Covid) transmis dimanche aux membres du Comité de concertation (Codeco, qui réunit le gouvernement fédéral et les entités fédérées) et qu’un vent favorable nous a fait parvenir.

La réunion du prochain Codeco était fixée à vendredi mais elle a été avancée à ce mercredi 17 novembre à 14h30. Le rapport du GEMS viendra alimenter les réflexions du Premier ministre Alexander de Croo (Open VLD) et de ses partenaires.

Pas de câlins et de bisous

Ce document de 15 pages, rédigé en anglais, propose une stratégie générale pour tenter de contenir la situation jusqu’au bout de l’hiver. Il faut pour cela renforcer une série de mesures dans tous les secteurs de la société : travail, loisirs, écoles, sphère privée… pour redescendre à un niveau acceptable de circulation du virus. Les experts insistent : il faut une communication claire des autorités pour renforcer l’adhésion.

Pour le GEMS, l’objectif doit être de garder les écoles ouvertes pendant l’hiver et assurer la continuité des activités des entreprises en suspendant temporairement les activités à haut risque (où le port du masque et les distances physiques ne peuvent pas être respectés). Parallèlement, il s’agira de tout faire pour maximiser la couverture vaccinale dans la population générale et d’accélérer la 3e dose pour les plus de 65 ans et les personnes vulnérables.

Si le GEMS ne prône pas formellement le retour des fameuses “bulles”, il recommande une réduction du nombre de contacts rapprochés dans la sphère privée (idéalement à moins de 5 par jour), en évitant les câlins et les bisous avec les personnes qui ne font pas partie du foyer.

Jusqu’à Noël…

Pour les experts du GEMS, le télétravail devrait redevenir obligatoire jusqu’aux vacances de Noël, ce qui permettrait en parallèle de diminuer la pression sur les transports publics.

Les cinémas, les théâtres et les activités sportives pourraient se poursuivre, moyennant présentation du Covid Safe Ticket (CST), port du masque, ventilation et respect des distances.

Dans les secteurs où ces conditions ne peuvent pas être remplies, c’est-à-dire les discothèques, les clubs et autres lieux du monde de la nuit, les experts suggèrent de suspendre les activités pendant 3 ou 4 semaines. Alternative : exiger un autotest à l’entrée pour les personnes vaccinées et un test PCR pour celles qui ne le sont pas.

Le GEMS propose encore que les événements privés comme les mariages soient limités à 50 personnes maximum avec CST et autotests négatifs. Les marchés de Noël pourraient se tenir, mais avec présentation du CST, port du masque et respect des distances.

Des masques disponibles à l’école

Et pour les écoles ? Après avoir soupesé les arguments pour et contre, les experts du GEMS recommandent le port du masque pour les enseignants et les enfants à partir de 9 ans (soit la quatrième primaire). Ils insistent, pour des raisons d’hygiène et d’équité, que ces masques soient disponibles à l’école. La mise en œuvre du port du masque pour les enfants doit s’envisager dans un plan plus large, si des mesures équivalentes sont prises dans les autres secteurs et classes d’âge, insiste le GEMS.

Il faut faire preuve de souplesse dans l’application de cette mesure pour les plus jeunes et faire preuve de créativité pour prévoir des breaks pour le port du masque, ajoutent les experts. Qui invitent encore à ne pas mélanger les différents groupes classes et à suspendre jusqu’à Noël les activités à hauts risques, comme les soupers de classe.

Ces différentes recommandations vont être examinées par le Codeco qui prendra la décision finale.

Sur le même sujet