Les données de vaccination des Bruxellois exposées: la Cocom examine la situation, le MR convoque Alain Maron devant le Parlement

La Cocom reconnaît une faille sur la plateforme Bruvax et promet d'adapter le système si nécessaire. Le MR demande la convocation en urgence d'Alain Maron devant le Parlement bruxellois.

Les données de vaccination des Bruxellois exposées: la Cocom examine la situation, le MR convoque Alain Maron devant le Parlement
©BELGA
E.L (avec belga)

Ce mardi matin, nos confères du Soir révélaient qu'une faille sur la plateforme Bruvax permettait de connaitre le statut vaccinal de n'importe quel Bruxellois. En simulant une prise de rendez-vous sur le site et en introduisant quelques simples données d'identité, il est en effet possible de savoir si la personne a déjà été vaccinée ou non.

Plusieurs associations ont d'ores et déjà dénoncé cette faille, qui, selon elles, constitue une véritable violation des données à caractère personnel. Dans les rangs politiques, les réactions ont également rapidement afflué, notamment de la part de l'opposition bruxelloise.

Pour le président du MR à Bruxelles, David Leisterh, l'erreur est "grave". "Les données de vaccination des Bruxellois en violation du RGPD sont exposées", déplore le libéral sur Twitter, qui demande une correction "immédiate" et des explications de la part du Parlement bruxellois.

Même son de cloche du côté de la cheffe de file du CdH bruxellois, Céline Frémault, qui juge la faille "inacceptable" en terme de secret médical et de violation de la vie privée. La démocrate humaniste appelle à une "solution technique urgente".

Plusieurs partis demandent la convocation d'Alain Maron

Le président du MR Georges-Louis Bouchez a quant à lui demandé la convocation en urgence d'Alain Maron (Ecolo), ministre bruxellois de la Santé, devant le Parlement bruxellois pour répondre de ses actes. "La pandémie ne doit pas être le prétexte pour violer les droits fondamentaux et l'Etat de droit. Stop aux manquements dangereux!", a fustigé le président du parti libéral.

Dans un communiqué de presse, le MR a étayé sa position, déplorant un "couac de plus" qui complète "la longue série de manquements et d'erreurs des autorités bruxelloises dans la gestion de la crise du Covid". "Alain Maron vient de démontrer qu'il n'avait pas la capacité de protéger la vie privée des Bruxellois et le droit au secret médical", a dénoncé Georges-Louis Bouchez.

Comme le MR, le PTB et le cdH, qui siègent dans l'opposition à Bruxelles veulent des explications de la part du gouvernement bruxellois, ont-ils fait valoir mardi. Alexander De Croo, Frank Vandenbroucke et Alain Maron nous ont garanti à plusieurs reprises que la confidentialité du statut vaccinal des travailleurs serait garantie... Aujourd'hui, on apprend que l'application Bruvax permet de savoir si les Bruxellois sont vaccinés ou non, simplement en y entrant leur numéro national. Les employeurs, les banques et compagnies d'assurance ont ce numéro. Votre patron ou votre assureur peut donc savoir si vous êtes vacciné ou non?", a déploré le député bruxellois PTB, Jan Busselen.

Pour le PTB, la faille doit être résolue immédiatement et l'Autorité de protection des données ainsi que tous les citoyens concernés doivent être informés du risque pour leurs données de santé. "Nous devons également savoir si l'administration avait conscience de l'existence de cette faille, et depuis combien de temps", a encore dit Jan Busselen.

La Cocom réagit

La Commission Communautaire Commune (Cocom), responsable de Bruvax, a quant à elle signalé lors d'une conférence de presse ce mardi midi qu'elle examinait sérieusement le courrier d'alerte reçu. "Il est vrai que quand on encode le registre national dans Bruvax, on voit si la personne a pris rendez-vous pour une première dose ou non", a concédé Inge Neven, responsable du service hygiène de la Cocom.

"On a reçu une plainte officielle, on est en train d'investiguer la plainte de manière juridique, on va adapter le système s'il le faut. On va tout faire pour faire respecter les éléments de la vie privée", a encore assuré Inge Neven.