Codeco : le retour en force du masque à l'intérieur (même en boîte de nuit), dès 10 ans

C'est le grand retour du masque facial, y compris pour les 10-12 ans, qui n'avaient jusqu'ici jamais été contraints de le porter. A une exception, majeure : ils ne devront pas le mettre à l'école.

Plus que des mesures inédites, c'est bien vers le retour d'anciennes armes un peu trop vite remisées au placard (au goût de certains experts, du moins) que le Codeco de ce 17 novembre a misé. Parmi elles, le retour en force du masque buccal se détache particulièrement. Y compris pour une population qui n'avait jusqu'alors jamais été contrainte de le porter : les 10-12 ans.

En effet, face à la vitesse galopante à laquelle le virus circule actuellement (10.494 contaminations en moyenne sur les 7 derniers jours, 306 nouvelles admissions à l'hôpital sur les dernières 24 heures), le masque est de retour, dès l'âge de 10 ans, dans la toute grande majorité des lieux clos, afin de tenter de freiner la chaîne des contaminations. Seule exception notable : l'école francophone, où le masque reste requis en secondaire mais pas en primaire, malgré le souhait du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) d'aller vers cette direction. Concrètement, un enfant de 10 ans devra donc mettre le masque au supermarché, mais pas en classe. "Un choix politique plus que scientifique", estime cet expert.

Précision majeure : contrairement à la situation en vigueur actuellement, les lieux qui réclament le Covid Safe Ticket exigeront désormais au public (de plus de 10 ans) de porter le masque en intérieur également. Ceci concerne également l'Horeca (sauf, bien entendu, pour les clients attablés).

Par ailleurs, ici, nous nous posons la question de la réalité des contrôles du respect du port du masque chez les enfants, dès lors que le port de la carte d'identité n'est demandé qu'à partir de 15 ans.

Pour le monde de la nuit, le masque débarque carrément sur les dancefloors, où il sera imposé également, à moins que les nightclubbers optent pour un test réalisé le jour même en pharmacie ou un autotest réalisé sur place, devant le videur, à leurs frais. Si celui-ci s'avère négatif, ils pourront entrer en boîte de nuit sans devoir porter le masque. Reste à voir comment les établissements du monde de la nuit pourront faire le distinguo, une fois à l'intérieur, entre un sorteur avec masque qui le range en poche et un sorteur autotesté négatif... Il n'est pas exclu que les établissements, de fait, optent pour uen solution ou l'autre : le masque pour tout le monde, ou l'autotest pour tout le monde.