L'accord sur l'obligation vaccinale des soignants est confirmé

L'accord conclu lundi au sein du gouvernement fédéral sur l'obligation vaccinale des soignants est confirmé, a indiqué mercredi le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, à l'issue du comité de concertation.

Belga

"Je n'ai entendu aucun vice-Premier, qui était d'accord, qui ait dit qu'il ne l'était plus", a-t-il ajouté. Cet accord sur le projet de loi doit passer vendredi au conseil des ministres. Il permettra de retirer l'accès à la profession des soignants qui refusent de se faire vacciner et ceux-ci pourront être licenciés à partir du 1er avril. L'obligation entrera en vigueur le 1er janvier. Une période transitoire permettra aux récalcitrants de bénéficier du chômage temporaire jusqu'au 31 mars. Ensuite, ils tomberont sous le régime du chômage classique.

Le dispositif est vivement dénoncé par les syndicats et la CNE a annoncé le dépôt d'un préavis de grève pour couvrir d'éventuelles actions. Au PS, l'accord passe mal. Le président, Paul Magnette, a jugé qu'une obligation vaccinale des soignants n'était concevable que dans un cadre plus large d'obligation généralisée. À ce sujet, le commissariat corona a été chargé d'étudier des pistes permettant d'accroître le taux de vaccination, dont celle-là.

"On confirme la décision du gouvernement fédéral qui est tout à fait logique. Elle n'est pas simple mais c'est le devoir de tout prestataire de soin de protéger ses patients et ses collègues", a souligné M. Vandenbroucke.