Télétravail, écoles, soins intensifs: Steven Van Gucht fait le point avant le Codeco

Les infections augmentent et les soins intensifs se remplissent. Quelques heures avant l'annonce de nouvelles mesures, Steven Van Gucht fait le point sur la situation.

Télétravail, écoles, soins intensifs: Steven Van Gucht fait le point avant le Codeco
©Reporters

Les experts du Gems, qui conseillent le gouvernement sur les mesures à mettre en place durant la crise sanitaire, recommandent une série de mesures fortes, selon un rapport révélé par la presse. "Nous ne voyons aucun ralentissement des infections et c'est un problème. Si ça continue comme ça et que ça s'accélère - ce qui n'est pas inconcevable - on pourrait avoir plus d'un millier de lits en réanimation d'ici fin novembre ou début décembre."

Steven Van Gucht, membre du Gems, fait le point sur la situation épidémique, à quelques heures du prochain Codeco. Interviewé par Het Laatste Nieuws, il met en garde: s'il n'y a pas rapidement moins d'infections, on court à la catastrophe dans les hôpitaux, et en particulier aux soins intensifs. Entre le 7 et le 13 novembre, 10.283 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, une hausse de 27% par rapport à la semaine précédente.

Plusieurs mesures sur la table

"Le contrôle a été relâché dans les écoles", explique le virologue. "Il n'y a plus de recherche de contacts, et les cours sont suspendus trop tard, quand les dégâts sont déjà survenus. En fait, rien n'est fait pour contenir la propagation du virus. Si vous ne voulez pas de masque buccal pour les jeunes enfants, vous devez vous concentrer sur les tests et la recherche des contacts." La question du masque à l'école devrait être tranchée par le Codeco ce mercredi.

Le télétravail est également une mesure qui revient sur la table. "Ce serait bien si nous étions très stricts à ce sujet de temps en temps, pour ensuite se détendre à nouveau. Nous ne sommes pas censés travailler à domicile tout l'hiver, mais nous devrions en profiter au maximum maintenant", selon l'expert.

La fermeture des boites de nuit a également été évoquée, ainsi que l'idée d'un test négatif obligatoire pour y entrer. Mais le virologue se demande si une telle organisation est réalisable en pratique.