Le gouvernement flamand débloque plus de 200 millions d'euros pour le maintien de 80 centres de vaccination

Le gouvernement flamand a débloqué plus de 200 millions d'euros pour maintenir ouverts 80 centres de vaccination jusqu'à fin avril 2022, a annoncé vendredi le ministre-président Jan Jambon.

Le gouvernement flamand débloque plus de 200 millions d'euros pour le maintien de 80 centres de vaccination
©Belga
Belga

"J'espère que tout le monde acceptera à nouveau massivement cette invitation", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Le comité de concertation a décidé mercredi d'administrer un rappel du vaccin contre le coronavirus à toute la population, une demande que le gouvernement flamand portait depuis un certain temps.

Plus d'un demi-million de Flamands ont déjà reçu leur 3e dose et, d'ici la fin de l'année, ces chiffres sont censés grimper à 2,5 millions, selon les explications du ministre de la Santé, Wouter Beke. Il s'agit ici des résidents de centres de soin résidentiels, des personnes de 65 ans et plus, celles qui sont immunodéprimées et celles qui ont déjà reçu une dose du vaccin Johnson&Johnson.

Le ministre souhaite que les personnes vaccinées à l'AstraZeneca puissent recevoir rapidement une troisième dose. "Le Conseil supérieur de la santé n'a pas encore rendu d'avis sur le sujet mais, en ce qui me concerne, ces gens doivent pouvoir être pris rapidement en compte dans cette campagne. Nous avons déjà convenu avec les centres que nous préparons la logistique", a-t-il expliqué.

La campagne devra se prolonger en 2022. Pour ce qui est du vaccin Johnson&Johnson, l'intervalle avant d'administrer la dose de rappel doit s'élever à 4 mois et pour Pfizer ainsi que Moderna, il est question de 6 mois. "Cela détermine également le rythme de notre campagne", a ajouté M. Beke. "Nous devrons vacciner en 2022 encore 3,3 millions de personnes".

Le gouvernement a prévu d'affecter 208 millions d'euros pour cette campagne de vaccination, dont 150 millions afin de pourvoir les postes nécessaires en personnel. Il se fixe pour objectif de permettre à chacun de recevoir une dose de rappel d'ici la fin avril.