Un médecin attaque les antivax: "Ouvrez les yeux et prenez vos responsabilités, tout le monde peut mourir du coronavirus"

Le médecin estime que le politique doit prendre la décision qui s'impose: l'obligation vaccinale.

Un médecin attaque les antivax: "Ouvrez les yeux et prenez vos responsabilités, tout le monde peut mourir du coronavirus"
©AFP
Rédaction

Ce vendredi, Yves Van Laethem a fait le point sur la situation épidémiologique en Belgique. Avec un mot d'ordre: faites-vous vacciner et appliquez les nouvelles mesures afin d'éviter un confinement. Plus que jamais, la vaccination divise la société. Doit-elle devenir obligatoire? Pour convaincre ceux qui sont encore réticents, un médecin a poussé un véritable coup de gueule.

Kristoff Corten est un chirurgien orthopédiste à l'hôpital du Limbourg. Ce mercredi, il a publié un message sur Linkedin afin de faire part de la situation dans les hôpitaux aujourd'hui: "1958, 1977, 1986, 1975, 1969, 1955, 1961, 1955, 1953, 1977, 1962, 1965, 1971, 1986: voici les années de naissance de personnes non vaccinées qui se battent pour leur vie. 1954, 1946: voici les dates de naissance des patients vaccinés qui se battent malheureusement aussi pour leur survie", a-t-il commencé. "Il existe beaucoup de chiffres dans les médias qui sont difficiles à saisir. Pourtant, c'est simple: il suffit d'analyser les années de naissance des patients pour voir si le vaccin fonctionne ou non."

Ensuite, il a tenu à s'adresser directement aux antivax. "S'il vous plaît, arrêtez ces conneries d'anti-vaccination. Ouvrez les yeux et évitez que d'autres personnes crédules ne doivent aussi lutter inutilement pour rester en vie. Tout le monde peut mourir du Corona. Même si vous êtes jeune, prenez vos responsabilités."

Deux jours après ce message, Kristoff Corten ne décolère pas. Comme il l'a expliqué pour Het Laatste Nieuws. "Le fait que tout le monde ne soit pas obligé de prendre ses responsabilités ne fait qu'accroître la polarisation de la société", estime-t-il. Selon lui, la société est beaucoup trop divisée à ce sujet. Plus que jamais, il craint un nouveau confinement. "Si tout le monde est vacciné et qu'un nouveau confinement a lieu, on ne se pointerait pas du doigt. Personne ne se sentirait puni les uns par rapport aux autres."

Pour Kristoff Corten, il n'y a pas 36 000 solutions pour éviter la saturation des hôpitaux: il faut se faire vacciner. Pour cela, les politiques ont un rôle crucial à jouer. "La vaccination est une question qui divise et polarise une société qui devrait être unie en ce moment. Nous devons nous serrer les coudes car la crise n'est pas près de se terminer. La solidarité est la pierre angulaire de notre État-providence. J'en appelle donc au courage politique nécessaire en rendant obligatoire la solidarité des citoyens entre eux contre ce virus agressif."