Voici ce qui nous a évité un reconfinement d'après Alexander De Croo

Dans une interview à L'Écho, Alexander de Croo a défendu les mesures prises par le dernier Codeco.

Voici ce qui nous a évité un reconfinement d'après Alexander De Croo
©BELGA

Le Premier ministre Alexander de Croo est satisfait des mesures sanitaires décidées lors du Comité de concertation de mercredi. Auprès de confrères de L'Écho, il a défendu "une approche très cohérente". "Il y a une logique dans les décisions prises : c'est de ne rien arrêter et de faire un effort collectif, en mettant un masque à certains moments, en télétravaillant, ce qui réduit le nombre de contacts".

Il a aussi rappelé que la situation épidémiologique actuelle n'était pas la même que l'année passée à la même période, notamment grâce à la vaccination. "Si on n'avait pas près de 90% des adultes vaccinés, on serait en lockdown depuis plusieurs semaines", a-t-il déclaré, avant d'expliquer que la stratégie de lutte contre le Covid avait donc changé. "La méthode n'est plus du tout la même que l'an passé, où on fermait des secteurs. Nous faisons maintenant le choix de dire qu'il est possible de stabiliser la situation en prenant des précautions additionnelles, au-delà du vaccin, et en faisant confiance aux gens". En résumé, les mesures prises sont selon lui "un bon équilibre entre ce qui est scientifiquement nécessaire et ce qui est judicieux et équilibré".

Mais si Alexander de Croo mise sur la vaccination, il a tout de même rappelé que pour lui, obliger toute la population à se vacciner n'était pas une bonne idée. "Le vrai devoir, c'est de convaincre les gens pour qu'ils se protègent mieux et se fassent vacciner. C'est un peu facile, parce qu'on n'arrive pas à les convaincre, de les obliger...", a-t-il affirmé, allant jusqu'à dire que la discussion sur l'obligation vaccinale était "de la paresse politique". Cependant, le Premier ministre reste ouvert au débat si scientifiquement, il le faut : "On a demandé au commissariat corona de faire une analyse".

Sur le même sujet