"Dans le bon sens", "dernières mesures avant le confinement": les experts réagissent après le Comité de concertation

Plusieurs experts ont réagi aux mesures annoncées par le Codeco ce vendredi.

"Dans le bon sens", "dernières mesures avant le confinement": les experts réagissent après le Comité de concertation
©AFP
Belga avec rédaction

Le virologue Marc Van Ranst estime que les nouvelles mesures sanitaires prises vendredi par le comité de concertation vont dans le bon sens. "Le seul commentaire que je ferais concerne l'heure de fermeture à 23 heures pour le secteur horeca, notamment parce que les Pays-Bas vont faire les choses différemment", a-t-il déclaré au journal télévisé de la VRT. "Cela va engendrer du trafic frontalier." Aux Pays-Bas, l'heure de fermeture recommandée est 17 heures.

Marc Van Ranst attend également beaucoup de la consultation entre les ministres de l'éducation le week-end qui vient. "Cela va être extrêmement important pour le déroulement des vacances de Noël", a-t-il expliqué. Le virologue se dit par ailleurs satisfait de l'ouverture de centres de dépistage ouverts à tous sans rendez-vous. "C'est un changement de stratégie qui permettra d'alléger un peu la pression sur les soins de première ligne".

Pour Geert Molenberghs, le gouvernement a pris les mesures qui s'imposaient. Surtout celles par rapport à la vie nocturne. Des décisions "pas agréables, mais nécessaires", juge le biostatisticien pour le Nieuwsblad. En revanche, des choix doivent encore être posés pour l'école. "Les mesures en matière d'éducation seront discutées ce week-end par les ministres des différentes communautés. Une décision devrait être prise lundi. Il sera important de prendre des mesures décisives car le virus y est désormais très présent. Je pense aux masques buccaux, à la ventilation, aux tests ainsi qu'à la vaccination et au non-mélange des groupes."

"Dernières mesures avant le lockdown"

Frank Vermassen se montre quant à lui plus prudent après les mesures du Codeco. "Nous verrons si les nouvelles mesures suffiront à alléger la pression sur les hôpitaux", déclare le médecin en chef de l'hôpital universitaire de Gand. "Les mesures semblent équilibrées. Mais seront-elles suffisantes? Qui est capable de le dire?"

Les prochaines semaines seront donc décisives. Le professeur Devroey estime lui que les décisions prises le 17 novembre n'ont servi à rien. "Les mesures étaient arrivées trop tard et se sont avérées inadéquates. Les mesures de ce 26 novembre sont celles du dernier recours. Car si elles ne sont pas vigoureusement respectées, nous nous dirigerons tout droit vers un nouveau lockdown."

Sur le même sujet