Comment un Gantois a subtilisé un des secrets les mieux gardés des Anglais

Ingénieux et opportuniste, un industriel gantois du nom de Liévin Bauwens parvient à la fin du XVIIIe siècle à se procurer la machine à filer Mule-Jenny sur le Vieux Continent. Une prouesse alors que les importations anglaises sont interdites dans ce qui est à l’époque l’Empire français. Cette technologie anglaise va y permettre le développement de l’industrie cotonnière. Et, de ce fait, il est considéré comme une figure clef de la révolution industrielle.

Comment un Gantois a subtilisé un des secrets les mieux gardés des Anglais
©WIKIMEDIA COMMONS
France Fouarge
Pourquoi ce jeune homme a-t-il réalisé ce que bien d’autres à son époque n’ont même pas imaginé ? Pour le comprendre il faut d’abord connaître ce qui se cache derrière ce nom de famille. En effet, le 14 juin 1769, Liévin Bauwens ne nait pas au sein de n’importe quel foyer gantois. Son père, Georges-Jean Bauwens, est déjà à la tête d’une tannerie florissante. Et sa mère, Jeanne Thérèse van Peteghem, n’est autre que la fille d’un riche marchand de vin. Aîné de douze enfants, il est destiné à reprendre...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet