Quelles sont les provinces les plus durement affectées par la 4e vague ?

Tout le pays se mobilise pour maintenir les chiffres relatifs aux contaminations au Covid-19, aux hospitalisations et aux décès. Mais certaines provinces souffrent actuellement plus que d'autres de la recrudescence de l'épidémie.

Quelles sont les provinces les plus durement affectées par la 4e vague ?
©Jockmans

Le pic des contaminations et celui des admissions à l’hôpital ont été atteints pour cette quatrième vague. Les chiffres relatifs aux occupations des lits de soins intensifs semblent s'apprêter à redescendre également. Mais les épidémiologistes du royaume appellent à la prudence car le variant omicron reste encore méconnu. Avec le Codeco du 22 décembre en ligne de mire, les experts et politiques surveillent les courbes de la pandémie. Des courbes qui montrent que l'ensemble du pays est concerné par cette quatrième vague, mais aussi que certaines provinces sont plus affectées que d'autres.

La dernière mise à jour de la situation épidémiologique publiée par Sciensano analyse les nombres de nouveaux cas diagnostiqués par province, pour la région bruxelloise, et pour la Communauté germanophone. Sur base des données relevées du 30 novembre au 6 décembre, le rapport indique une évolution négative dans les provinces du Brabant wallon (+11%, avec 4 257 cas positifs), du Hainaut (+5%, avec 11 036 cas positifs) et en Région bruxelloise (+11%, avec 9 522 cas positifs) par rapport à la semaine précédente.

À l'inverse, le nombre de nouveaux cas diagnostiqués évolue de manière positive dans toutes les autres provinces et en région germanophone. La Flandre occidentale enregistre une baisse de 20% (14 145 cas en tout), même amélioration pour la Flandre orientale qui compte 17 218 cas positifs, et enfin la province d'Anvers annonce une baisse de 17%, avec 18 159 cas positifs. Au niveau national, on enregistre 112 604 cas positifs, soit moins 10% par rapport à la semaine précédente.

Quelles sont les provinces les plus durement affectées par la 4e vague ?
©Sciensano

Taux d’occupation des lits en USI

Rappelons que les hôpitaux réservent en permanence 15% du nombre total de lits de soins intensifs accrédités pour des patients Covid-19 confirmés. En fonction du taux d’occupation des lits en USI (unité de soins intensifs), il peut être décidé de passer vers la phase 1 et de mettre davantage de lits d’USI accrédités à disposition de patients COVID-19. Les chiffres publiés ici rapportent le nombre de patients COVID-19 en USI le 9 décembre 2021 et le taux d’occupation des lits USI est calculé sur base du nombre de lits USI accrédités.

En Belgique, le taux d'occupation de lits USI accrédités par des patients Covid-19 s’élevait à 42% le 9 décembre. La situation était évidemment plus critique dans les hôpitaux de certaines provinces. En Flandre occidentale, 48% des lits étaient occupés. Sciensano indique que ce chiffre s’élevait à 45% pour la Flandre Orientale, 44% pour Namur et le Luxembourg, 43% pour le Brabant wallon et Liège, 42% pour le Limbourg et 41% pour Anvers.