"Il faut continuer de marcher, même si c’est avec une jambe en moins", "C'est ancré dans mon cerveau": Trooz n’arrive pas à passer à autre chose

Dans la rue de l’Église, à Trooz, on est encore loin de faire la fête. Salvatore et Luigi reviennent quasi tous les jours “surveiller les maisons”. Le docteur Celestri a pris ses habitudes dans son cabinet installé dans un container au bout du jardin.

Il ne reste plus que l’ossature de la maison du docteur Celestri et de son mari. Celle-ci a été déblayée par des bénévoles flamands. Les travaux ne commenceront pas avant le printemps.
Il ne reste plus que l’ossature de la maison du docteur Celestri et de son mari. Celle-ci a été déblayée par des bénévoles flamands. Les travaux ne commenceront pas avant le printemps. ©FLEMAL JEAN-LUC
Il est 17 h 30, le 2 décembre 2021. La nuit est déjà tombée sur Fléron mais tout brille, tout scintille, tout bruisse. Le centre bat au rythme des commerces qui préparent...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet