La Belgique va-t-elle boycotter diplomatiquement les JO d'hiver de Pékin?

La Belgique n'enverra pas de représentants à Pékin, peu importe la position de l'Union européenne.

E.L
La Belgique va-t-elle boycotter diplomatiquement les JO d'hiver de Pékin?
©AFP

Il y a une semaine, le président américain Joe Biden déclarait que les Etats-Unis allaient boycotter diplomatiquement les Jeux Olympiques d'hiver 2022, prévus à Pékin du 4 au 20 février prochain. En cause: les violations "flagrantes" des droits humains par le régime chinois, notamment envers les minorités Ouïghours dans la province du Xinjiang.

Dans la foulée, le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie ont à leur tour annoncé qu'aucun représentant diplomatique n'assisterait à cette 24e édition des JO d'hiver, provoquant la colère des dirigeants chinois.

La Belgique pourrait-elle suivre cette tendance? Ce matin, le député Samuel Cogolati (Ecolo), fervent défenseur des droits humains en Chine, a interrogé le Premier ministre Alexander De Croo à la Chambre en ce sens. "Le gouvernement fédéral n'a pas l'intention d'envoyer une quelconque représentation aux Jeux Olympiques d'hiver de Pékin", aurait répondu le libéral flamand.

Pas de boycott intentionnel

Contacté par LaLibre.be, le porte-parole d'Alexander De Croo a confirmé qu'aucun représentant belge ne ferait le déplacement jusqu'à Pékin en février, mais a toutefois nuancé les raisons de ce "boycott". "La Belgique n'avait de toute façon pas l'intention d'envoyer de représentants en Chine, pour deux raisons simples: de un, aucune délégation n'a jamais fait le déplacement lors de Jeux Olympiques d'hiver, car on a habituellement peu d'athlètes qui y participent. De deux, la situation sanitaire ne le permet pas. Aucun représentant n'avait fait le voyage à Tokyo cet été pour les mêmes raisons", a détaillé l'équipe du Premier ministre.

Il n'est donc en aucun cas question d'un boycott diplomatique motivé par les violations des droits de l'homme, à en croire le porte-parole de M. De Croo.

Cette année, le COIB espère envoyer une petite trentaine d'athlètes à Pékin, dont notamment le champion de patinage de vitesse Bart Swings ou encore l'espoir du ski alpin Armand Marchant.

Sur le même sujet