Yves Van Laethem alerte sur Omicron: "Ce nouveau variant possède un net avantage de croissance par rapport aux variants précédents"

Ce vendredi se tenait une conférence de presse sur la situation épidémiologique en Belgique.

Yves Van Laethem alerte sur Omicron: "Ce nouveau variant possède un net avantage de croissance par rapport aux variants précédents"
©Reporters / QUINET
E.L

Alors que l'Europe s'inquiète de la propagation du variant Omicron sur son territoire, comment évolue la situation épidémiologique en Belgique? Les experts Steven Van Gucht et Yves Van Laethem ont fait le point au cours d'une conférence de presse, ce vendredi matin.

"Actuellement, les nouvelles sont plutôt bonnes car les indicateurs évoluent favorablement", a d'emblée annoncé le porte-parole interfédéral Yves Van Laethem. Les chiffres clés de l'épidémie sont en effet à la baisse, et notamment l'occupation des soins intensifs. "Après une période de stabilisation, nous observons désormais une véritable diminution, grâce notamment aux nouvelles mesures et à la dose booster", s'est réjoui l'expert.

Toutefois, si le variant Delta semble en recul sur notre territoire, le variant Omicron pourrait bien venir jouer les trouble-fêtes, avertit le virologue. "Ce nouveau variant possède en effet un net avantage de croissance par rapport aux variants précédents", met-il en garde. "Cet avantage lui permet de dépasser en partie l'immunité développée jusqu'ici, que ce soit grâce au vaccin ou l'immunité naturelle acquise grâce à une infection préalable".

Actuellement, 6% des infections en Belgique sont liées à Omicron, ce qui représente environ 700 infections par jour, précise Yves Van Laethem. "Mais ces contaminations augmentent rapidement, et le variant Omicron devrait devenir dominant à la fin de l'année ou début janvier", avertit encore l'expert.

L'impact du variant Omicron sur notre système de santé n'est pas encore connu, mais il pourrait être important. "On attend des nouvelles données venant de pays européens, comme le Royaume-Uni, avant de tirer des conclusions. Les données en provenance d'Afrique du Sud, par exemple, ne sont pas forcément applicables en Belgique car la moyenne d'âge y est beaucoup plus jeune qu'en Belgique. Il est donc difficile de s'y fier", détaille l'expert.

Afin de prévenir les dégâts de ce variant, Yves Van Laethem insiste sur le maintien des mesures actuelles ou, si nécessaire, sur l'entrée en vigueur de nouvelles restrictions. La dose "booster" du vaccin joue également un rôle important dans la lutte contre ce variant.

Un point sur les chiffres

Le porte-parole interfédéral a ensuite fait un point détaillé sur les derniers chiffres de l'épidémie. Selon les dernières données partagées par Sciensano, on a constaté cette semaine en moyenne 12.000 nouvelles infections par jour, soit une diminution de 27% par rapport à la semaine dernière. Cette diminution s'observe dans tout le pays et dans toutes les tranches d'âges, même si elle est particulièrement prononcée chez les personnes plus âgées (-41% de contaminations chez les 70 ans, par exemple).

Les hospitalisations sont elles très clairement sur une courbe descendante: cette semaine, environ 235 admissions à l'hôpital ont été enregistrées par jour pour cause de coronavirus, ce qui constitue une baisse de 17% par rapport à la période de 7 jours précédente. Actuellement, moins de 3000 personnes sont hospitalisées en raison du Covid, et moins de 800 personnes le sont aux soins intensifs. "Ce qui nous amène à penser que le pic des hospitalisations aux soins intensifs a été dépassé samedi dernier", se réjouit Yves Van Laethem.

"Si les courbes continuent sur leur lancée et qu'Omicron ne vient pas trop perturber les chiffres, nous pourrions redescendre sous le seuil des 500 lits aux soins intensifs au début du mois de janvier", a précisé l'expert.

Les décès sont eux aussi en baisse, avec une diminution de 8% par rapport à la semaine dernière.

Au niveau de l'administration de la 3e dose, la Belgique fait figure de bonne élève à l'échelle mondiale. En effet, trois millions de Belges ont déjà reçu leur dose "booster", ce qui représente 33% des plus de 18 ans - la population adulte étant actuellement la seule éligible à cette dose "booster".

Fêter les fêtes de fin d'année en toute sécurité

Afin de limiter les risques de propagation du virus lors des réveillons de Noël et de Nouvel An, les experts ont dressé une série de recommandations à suivre:

1. Si vous êtes malades, il faut évidemment absolument rester à la maison.

2. Essayez au maximum de limiter vos contacts. S'il n'y a pas de limite chiffrée établie, une fête rassemblant environ 2 ou 3 couples - ou 5 ou 6 personnes célibataires - semble être un bon compromis.

3. Si possible, effectuez un autotest avant le rassemblement. Le mieux est d'effectuer ce test le jour même, le plus proche de la fête.

4. Privilégiez la maison la plus vaste parmi vos convives pour y tenir la fête, et ce, afin de favoriser la ventilation. Gardez une fenêtre ouverte (oscillo-battant) ou activez la hotte pour faire circuler l'air. Un détecteur de CO2 pour mesurer la circulation de l'air peut également être utile.

5. Portez un masque lors des contacts rapprochés, notamment lors de l'accueil des invités. Les personnes fragiles ou immuno-déprimées devraient privilégier les masques FFP2.

Retrouvez les derniers chiffres de la pandémie de Covid en Belgique

Sur le même sujet