Prison de St-Gilles: deux ailes en quarantaine en amont de la grève qui débute jeudi soir

La prison de Saint-Gilles compte deux ailes en quarantaine depuis le début de cette semaine, selon une information communiquée jeudi par les syndicats et confirmée par la porte-parole de l'administration pénitentiaire, Valérie Callebaut.

Prison de St-Gilles: deux ailes en quarantaine en amont de la grève qui débute jeudi soir
©BELGA

Joachim Vermaeren, délégué syndical CGSP-ACOD à la prison de Saint-Gilles, avance qu'il y a de l'ordre de 19 détenus positifs au coronavirus dans l'aile B et quelques autres dans les ailes A et D, pour un total qui reste dans la vingtaine. "Il y a deux ailes partiellement en quarantaine, ce qui veut dire qu'il y a peu de mouvements pour les détenus. C'est quand même inquiétant parce que l'on travaille avec une aile spécifique pour les entrants, avant qu'ils puissent être envoyés dans les autres ailes... Que le virus soit passé dans la prison, c'est mauvais pour les détenus comme pour nous", explique-t-il.

"Dès que la situation aura été entièrement évaluée et sera sous contrôle sur la base des résultats des tests, le confinement sera levé", a assuré Valérie Callebaut. Elle ajoute par ailleurs que "les confinements du centre pénitentiaire école de Marneffe et de la prison d'Audenarde sont levés. L'épidémie de Covid-19 est sous contrôle. Le fonctionnement de ces prisons s'est donc normalisé".

Au niveau de la prison de Saint-Gilles, la population carcérale dépasse encore la capacité maximale de 850 détenus, mais reste en dessous de 900, selon le délégué CGSP. À l'issue de la conciliation dans cet établissement qui s'est terminée lundi de la semaine passée sans accord, un préavis de grève a été déposé par les trois syndicats en front commun pour l'entité de la Prison de Bruxelles (établissements de St-Gilles, Forest et Berkendael). La grève s'étendra de ce jeudi à 22h00 au samedi 25 décembre à 06h00 du matin.

Lors de cette négociation, les représentants syndicaux demandaient à ce que le fonctionnement de la prison soit établi en fonction du personnel présent, et ce jusqu'au déménagement dans la prison de Haren, attendu en septembre prochain. Valérie Callebaut relève que des avancées ont eu lieu depuis et déplore le maintien de la grève. "La direction locale a organisé une réunion de concertation interne. Un accord était conclu et est en pleine phase d'exécution. Néanmoins la décision de grève est maintenue. (...) L'administration pénitentiaire déplore qu'en cette période de fin d'année difficile pour les détenus et leurs familles des actions soient organisées".

Joachim Vermaeren, délégué syndical CGSP-ACOD, ajoute qu'un préavis de grève a été déposé par son syndicat en rapport notamment au manque de personnel et à la surpopulation dans l'ensemble des prisons du pays. Sans avancées dans les négociations à ce niveau, il pourrait être activé début janvier.