Pourquoi est-il difficile de prédire la force de cette cinquième vague?

La cinquième vague va frapper notre pays. Mais avec quelle intensité? Pour les chercheurs, il est très difficile de répondre à cette question.

Pourquoi est-il difficile de prédire la force de cette cinquième vague?
©Shutterstock
G.J.

On ne sait pas comment, mais une chose est certaine, la cinquième vague est à notre porte. Elle a d'ailleurs déjà commencé. S'il s'agit d'une certitude, il existe également une multitude d'inconnues. Et l'une d'entre elles est centrale: quel impact aura cette vague sur nos soins de santé?

À l'heure d'écrire ces lignes, difficile de répondre à cette question. Pour prédire la force d'une vague, une équipe entoure le biostatisticien Niel Hens et tente d'en calculer le niveau d'intensité afin de modéliser les différents scénarios possibles. En fonction de ces prédictions et de l'avis des experts, le Comité de concertation décide des mesures à adopter au sein de la population pour ralentir l'épidémie. Ces modèles sont donc d'une importance cruciale pour le gouvernement.

Actuellement, il est très difficile pour les chercheurs de réaliser ces simulations. À titre d'exemple, aucun graphique n'a été réalisé pour l'occupation des lits en soins intensifs. Même s'ils estiment que ces unités devraient "rester dans les limites de leurs capacités".

Plusieurs raisons expliquent la relative inconnue qui entoure cette cinquième vague. Tout d'abord, Omicron est très récent. Ce variant n'est devenu dominant qu'à partir de la fin des vacances de Noël. Jusqu'à présent, les hospitalisations ont surtout été dues au variant Delta. Les chercheurs disposent donc de peu de matière sur laquelle travailler à propos de cette nouvelle mutation du virus.

Autre élément de réponse: les vacances. Elles jouent un rôle considérable sur les contaminations. Tout simplement car le nombre de contacts diffère fortement entre les moments de travail et les vacances. Et encore plus en période de fêtes où l'on voit, en plus des gens habituels, de la famille que l'on peut moins voir.

Tout cela influence fortement les courbes, ce qui contribue à leurs grandes variations. Une chose est certaine en revanche: la cinquième vague, elle, est bien présente. Et elle risque tout de même de faire mal à nos soins de santé.

Sur le même sujet