Les demandes de protection reçues à l'Office des étrangers ont augmenté de 53,6% en 2021

Les demandes de protection internationale introduites auprès de l'Office des étrangers ont augmenté de 53,6% en 2021 en Belgique, ressort-il des chiffres communiqués lundi par le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA), l'organisme chargé d'accorder cette protection.

Les demandes de protection reçues à l'Office des étrangers ont augmenté de 53,6% en 2021
©BELGA

Au total, 25.971 demandes ont été introduites, contre 16.910 en 2020. Après examen de leur dossier, 10.093 personnes ont obtenu un statut de protection. Le Commissariat général constate que le nombre de demandes reçues a été presque aussi élevé qu'en 2019, lorsque 27.742 demandeurs avaient été enregistrés. En 2021, la moyenne mensuelle a été de 2.164 demandes, contre 1.409 en 2020. Le pic des demandes a été atteint en septembre (3.326) en raison de l'opération d'évacuation Red Kite menée en Afghanistan. Les Afghans représentent par ailleurs la première nationalité en termes de demandes introduites, avec 6.506 sollicitations. La Syrie arrive en deuxième position en 2021 avec 2.874 demandes, suivie de la Palestine (1.662), de l'Érythrée (1.558), et de la Somalie (1.116).

Près de 72,4 % des demandes ont été introduites par des hommes et 27,6 % par des femmes, note le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides. "Pour certains pays comme l'Afghanistan, la proportion des demandeurs masculins est encore plus élevée (89,7 %). Pour d'autres pays, la proportion est plus équilibrée (Syrie 64,2 % ; Somalie 59,7 %)", peut-on lire.

L'office des étrangers a également enregistré 3.219 demandes de protection introduites par des personnes se déclarant comme mineurs étrangers non accompagnés (MENA). Après examen par le service des tutelles, 1.976 d'entre eux ont été considérés comme étant effectivement des mineurs (en 2020, il y avait 1.764 "mineurs déclarés" et 1.335 "mineurs effectifs"). Pas moins de 95 % des MENA sont des garçons et 76,3 % sont des Afghans. "Il ressort des chiffres d'Eurostat que la Belgique est, avec l'Autriche, le pays qui a enregistré le plus grand nombre de MENA originaires d'Afghanistan en 2021", ajoute le CGRA.

Le nombre de décisions rendues par le Commissariat en 2021 a logiquement augmenté (+29%) et s'élève à 18.513, concernant 23.248 personnes. Le CGRA a considéré que les demandeurs ou demandeuses avaient effectivement besoin de protection dans 43,5 % des décisions finales. Cela représente un total de 7.528 décisions d'octroi du statut de protection, pour un total de 10.093 personnes.

"Bien que le CGRA ait été en mesure de prendre plus de décisions en 2021, la réserve de travail (le nombre de dossiers pour lesquels le CGRA doit encore prendre une décision) a augmenté jusqu'à 15.685 dossiers (18.835 personnes), en raison de la forte augmentation de l'afflux", ajoute l'organisme. Pour pallier cette situation, un renfort des effectifs est prévu en 2022.

"Je considère que l'arriéré dans le traitement est extrêmement problématique, en premier lieu pour les personnes qui doivent attendre leur décision trop longtemps et restent d'ici là dans l'incertitude", déplore Dirk Van den Bulck, commissaire général. "Avec le renfort supplémentaire, la capacité en personnel dépassera 500 équivalents temps-plein. Grâce à ce renfort, l'arriéré pourra être résorbé sur une période de trois ans. C'est un objectif réaliste, sauf si le nombre de demandes devait continuer à augmenter. Dans ce dernier cas, des mesures supplémentaires seront nécessaires."

Sur le même sujet