Après l’abandon du pass Corona, des vaccinés annulent leur rendez-vous pour la dose booster

Alors qu’Omicron circule à nouveau davantage, la vaccination reste une priorité, insiste la Task Force.

Belga
Après l’abandon du pass Corona, des vaccinés annulent leur rendez-vous pour la dose booster
©BELGA

La levée des mesures sanitaires, et notamment l’abandon du Covid Safe Ticket (CST ou pass Corona) comme droit d’accès dans certains lieux, a pour conséquence plusieurs annulations de rendez-vous pour obtenir la dose booster pour lutter contre le coronavirus, a indiqué samedi la coresponsable de la Task Force Vaccination, Sabine Stordeur.

"Il s'agit pourtant d'un prérequis essentiel, surtout à l'heure où la circulation du virus Omicron montre déjà des signes inquiétants d'accélération, avec la souche BA.2 qui s'impose progressivement, a-t-elle souligné. Les médias ont un peu trop tendance à conjuguer la pandémie au passé, mais la primovaccination reste la priorité."

Scénarios possibles

Elle a par ailleurs détaillé les cinq scénarios possibles pour la poursuite de la campagne de vaccination cette année, annoncés mercredi par les différents ministres de la Santé.

Le schéma le plus probable, le scénario A, prévoit l’administration d’une seconde dose booster à l’automne prochain, en commençant par les personnes les plus vulnérables, à savoir les résidents de maisons de repos et les plus de 75 ans, et en lançant, en parallèle avec la vaccination contre la grippe, le deuxième rappel des professionnels de la santé et des personnes âgées, immunodéprimées ou souffrant de comorbidités.

Au cas où…

Dans le cas où la situation épidémiologique se dégradait plus rapidement que prévu, la campagne pour la deuxième dose de rappel pourrait débuter plus tôt, en avril 2022. Les scénarios B à D envisagent ce point de départ, élargissant le groupe cible de la population âgée (75 +) à la population totale. Le scénario E envisage un deuxième rappel pour la population totale, mais seulement à partir de l’automne, sans débuter en avril pour les plus âgés.

À l'heure actuelle, 9 101 883 personnes sont totalement vaccinées, soit 79 % de la population totale et 89 % des adultes belges ; 7 058 787 ont par ailleurs reçu la dose booster, soit 61 % de la population totale et 75 % des plus de 18 ans. "Il y a 1 700 000 citoyens qui ont donc une vaccination incomplète. Sans booster, leur risque de maladie grave augmente en cas d'infection", a martelé Mme Stordeur. (Belga)