Ciblé par des témoignages d'agressions sexuelles, Carl De Moncharline nie les faits

Des témoignages anonymes recueillis et diffusés par la RTBF mettent en cause Carl De Moncharline, figure emblématique de la nuit bruxelloise.

"Je suis totalement consciente de ce qui est en train de se passer, je ne suis pas d'accord, je veux que ça s'arrête mais je suis incapable de sortir un mot ou de faire une action physique pour que ça cesse", raconte une étudiante de 23 ans, dans le cadre de l'émission #Investigation de la RTBF consacrée aux drogues du viol. La chaîne de télévision publique a recueilli plusieurs témoignages similaires de personnes faisant état d'une agression sexuelle dans un même établissement bruxellois, le Wood. Si la boîte de nuit située dans le bois de la Cambre a fermé ses portes depuis lors pour tapage nocturne, la personne pointée comme responsable des méfaits rapportés par plusieurs plaignants à la RTBF est toujours bien active dans le milieu de la nuit de la capitale. Il s'agit d'un nom bien connu des fêtards: Carl De Moncharline.

L'homme a nié en bloc les accusations dont il fait l'objet. "C'est un tissu de mensonges pour les milliers de personnes qui me connaissent depuis plus de 30 ans, de jour comme de nuit, dans 5 grands clubs différents et une dizaine de grands événements", a écrit Carl De Moncharline sur sa page Facebook. "Ils sont nombreux à pouvoir témoigner de ma bonne conduite. J'ai offert des milliers de verres sans jamais aucun problème. Je ne sert jamais personnellement des verres, c'est mon personnel qui s'en charge, car je ne travaille pas derrière le bar." Dans ce même message, l'homme a annoncé avoir porté plainte pour diffamation.

Interrogé par la RTBF, l'avocat Jean-Pierre Buyle a rapporté que son client était "extrêmement choqué" par les témoignages à son égard. "Il a un casier judiciaire vierge", a-t-il déclaré, critiquant l'anonymat des personnes accusant M. De Moncharline. "Il n’a jamais eu à répondre d’une quelconque atteinte de ce type. Il a été entendu dans le cadre d’une plainte et elle a été classée sans suite."

Sur le même sujet