Steven Van Gucht est confiant sur le code orange: "Il est fort possible que le pic soit derrière nous"

Le virologue s'est montré rassurant.

Steven Van Gucht est confiant sur le code orange: "Il est fort possible que le pic soit derrière nous"
©BELGA

Ce 22 avril, un Codeco aura lieu. Sur la table de ce futur comité de concertation, un éventuel retour vers le baromètre orange. Ce qui signifie un potentiel retour du CST, l’obligation du masque dans les lieux publics, des jauges dans les salles de fête, etc. L'augmentation des différents indicateurs liés au Covid est à l'origine de ce futur rassemblement des ministres et des autorités compétentes. Heureusement, depuis quelques jours, les contaminations sont enfin en baisse.

Le code orange comprend des contraintes assez importantes dont sont débarrassés les Belges depuis le 7 mars dernier. Lors de son dernier conseil en début de semaine, le Gems avait notamment préconisé un retour à l'orange si les chiffres continuaient d'augmenter. "Cet avis du Gems a été rédigé le 28 mars", a expliqué Steven Van Gucht, virologue chez Sciensano et membre du Gems. "À ce moment-là, tous les chiffres de l'épidémie étaient en hausse et, de fait, ils risquaient de nous amener à dépasser certains seuils. Mais depuis, on observe un signe rassurant."

Effectivement, le recul des contaminations est une réelle bonne nouvelle. En effet, entre le 29 mars et le 4 avril, 9.658 contaminations au coronavirus ont été diagnostiquées. Ce qui représente un recul de 14% par rapport à la semaine précédente, ressort-il des chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano mis à jour vendredi matin. Pour le moment, cette baisse est surtout visible en France. "On espère que Bruxelles et la Wallonie, toujours en hausse, vont suivre cette tendance", explique-t-il.

Malgré cette baisse, un chiffre inquiète toujours: celui des hospitalisations. De fait, on compte une légère hausse de 4% des nouvelles admissions (215 contre 207). Selon ce critère, la Belgique devrait se retrouver en code... rouge. Effectivement, le seuil de 150 nouvelles admissions par jour est largement dépassé. Mais, heureusement, le nombre de lits en soins intensifs reste très large (185 lits occupés actuellement, 300 pour le code orange et 500 pour le rouge).

"Il est fort possible que le pic soit derrière nous", a poursuivi Steven Van Gucht. "On l'espère très fort en tout cas. On pourrait l'avoir atteint le mardi 5 avril avec un peu plus de 300 nouvelles admissions, mais cela reste à confirmer."

Le Gems assure également que les Belges connaissent un certain relâchement. Ce qui est plutôt normal vu ce que la population a connu auparavant. Cela veut surtout dire que les Belges vont moins se faire tester qu'auparavant. Les chiffres ne seraient donc pas biaisés? "C'est clair que l'on se teste beaucoup moins qu'avant et que le chiffre est certainement sous-estimé", a admis le virologue. "Mais ce qui est intéressant, c'est d'observer la proportion de personnes contaminées sur le total des personnes testées. Et puis, nous surveillons aussi les eaux usées. Là aussi on a vu un pic, et ça commence à diminuer. Ces baisses devraient s'observer avec un décalage dans le temps sur les hospitalisations puis les soins intensifs."