Consignes sur les canettes: une "analyse de faisabilité" qui passe mal du côté des Engagés

La ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier s'apprête à lancer une "analyse de faisabilité" pour objectiver l'impact de l'instauration éventuelle d'une consigne sur les canettes, rapportait mardi matin Le Soir.

"La ministre continue de faire de l'enfumage", déplore François Desquesnes (droite) à l'égard de la ministre écologiste Céline Tellier (gauche).
"La ministre continue de faire de l'enfumage", déplore François Desquesnes (droite) à l'égard de la ministre écologiste Céline Tellier (gauche). ©BELGA

Une "énième étude, synonyme de mise au frigo du projet" qui passe mal du côté des Engagés. "La ministre continue de faire de l'enfumage: cette nouvelle étude va encore durer des mois et des mois alors qu'on a déjà auditionné les acteurs du secteur et qu'on sait qu'il faut prendre une décision politique", a déploré le chef de groupe des Engagés au parlement wallon, François Desquesnes.

"Nous avions déposé une proposition de décret il y a plus de deux ans maintenant. Depuis, le gouvernement nous a fait lanterner et, par son attentisme, a conforté la dynamique de ceux qui ne veulent pas de cette consigne", a-t-il ajouté.

Or, jamais la situation n'a été plus favorable qu'aujourd'hui à ce système. "La donne a complètement changé. La consigne est désormais clairement identifiée comme solution dans la directive européenne sur l'usage unique du plastique. Et nos voisins néerlandais et luxembourgeois ont avancé. Au sein du Benelux, il ne reste plus que la Wallonie et la Flandre qui se tâtent", a encore déclaré François Desquesnes.

Du côté du cabinet Tellier, on indique qu'un marché public sera lancé d'ici peu afin de désigner le bureau d'études qui réalisera cette analyse de faisabilité. Son rapport final n'est pas attendu avant juin 2023.

Sur le même sujet