Avec Proxisanté, la Wallonie entame la réforme de ses soins de santé de première ligne

En Wallonie, le projet participatif 'Proxisanté', retardé à la suite de la crise sanitaire, est finalement sur les rails.

Avec Proxisanté, la Wallonie entame la réforme de ses soins de santé de première ligne
©BELGA
Belga

En collectant les avis des soignants de terrain et des représentants des patients, il permettra de définir, avec eux, sur base de leurs expériences et de leurs besoins, les fondations des futures réformes législatives en matière de soins de santé. Avec un objectif: proposer, à terme, davantage de soins de santé de proximité et de qualité à la population mais aussi mieux organiser l'offre et les services de soins pour les travailleurs du secteur, indique mercredi la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS).

Concrètement, un questionnaire hébergé sur une plateforme en ligne (disponible sur le site www.proxisante.be), portant sur l'organisation et la structuration de soins de santé, vient d'être envoyé aux quelques 75.000 soignants de proximité ainsi qu'aux représentants des patients. Il servira à récolter, durant environ un mois, une première analyse concernant la manière dont ils travaillent et les orientations qu'ils souhaiteraient voir se développer dans le futur.

Six axes ont été définis dans ce questionnaire intelligent, qui a adapté ses questions aux différents métiers concernés: gouvernance, financement, maillage territorial, offres de service, communication et articulation entre les secteurs, e-santé.

Ce premier pas constituera ensuite une base de travail pour une série d'ateliers participatifs qui seront organisés en présentiel et en visio-conférence dans le courant de cette année, avec différents représentants des métiers de la santé de première ligne.

La clôture de cette vaste consultation et co-construction se tiendra en décembre prochain avec la définition d'un socle de pratiques, structures et éléments divers à mettre en œuvre pour améliorer les soins de santé de demain en Wallonie.

"Cette réorganisation de l'offre d'aide et de soins de première ligne en Wallonie est attendue depuis un certain temps par les travailleurs et travailleuses du secteur. Si la crise sanitaire a été un accélérateur de collaboration entre plusieurs structures, il convient aujourd'hui de les organiser au mieux. Ce projet participatif doit déboucher sur de meilleurs conditions et organisations de travail dans les soins de santé de première ligne et offrir des soins de santé optimum à chaque personne", a commenté la ministre Morreale.

Sur le même sujet