Les syndicats disent "non" à l’inflation

L’action syndicale "De l’air pour les salaires" a rassemblé environ 7 000 personnes en Wallonie et à Bruxelles.

Les syndicats disent "non" à l’inflation
©BELGA

Ce vendredi, les syndicats se sont mobilisés aux quatre coins du pays pour dénoncer la baisse du pouvoir d’achat des travailleurs et exiger une révision de la loi salariale de 1996.

Dans la capitale, la FGTB, la CSC et la CGSLB ont fait entendre leur voix en front commun devant le siège de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), situé rue Ravenstein. Plus de 500 syndicalistes ont participé à l’action menée entre 10 heures et midi.

À Liège, environ 5 000 personnes ont répondu à l’appel des syndicats. Un cortège s’est élancé depuis le port pétrolier de Sclessin pour rejoindre la gare des Guillemins, où plusieurs leaders syndicaux ont pris la parole afin de rappeler leurs revendications.

Quelque 1 000 syndicalistes se sont également rassemblés à Namur. L’action a débuté vers 10 h 30 à l’hôtel de ville et les manifestants ont ensuite déambulé dans les rues de la capitale wallonne.

Une "action coup de poing" était aussi organisée à Charleroi. Le front commun syndical a entravé l’accès de plusieurs entreprises telles que la Sonaca ou Manpower, avant de converger vers le siège d’Ores.

Les transports en commun fortement perturbés

Ces actions ont entraîné d’importantes perturbations dans les transports, notamment à Bruxelles où seule une ligne de métro sur six circulait. Le Tec et De Lijn ont aussi largement suivi le mouvement.

Une manifestation nationale est prévue le 20 juin, mais d’autres actions ne sont pas à exclure d’ici là.