Don de sang: plusieurs propositions de loi en débat pour limiter la discrimination envers les personnes LGBTQI+

La commission Santé de la Chambre approuvera la semaine prochaine une proposition de loi portée par Hervé Rigot (PS) visant à réduire, à partir du 1er juillet 2023, à 4 mois le délai d'abstinence pour un homme après un contact sexuel avec un autre homme avant de pouvoir donner son sang.

Belga
Don de sang: plusieurs propositions de loi en débat pour limiter la discrimination envers les personnes LGBTQI+
©Shutterstock

Actuellement le délai légal est de 12 mois, ce qui est vécu comme une discrimination par les personnes concernées et les défenseurs des droits des personnes LGBTQI+. La commission a débattu de ce texte dans la matinée. Aucun amendement n'a été déposé et il a été convenu de procéder au vote la semaine prochaine. En début d'après-midi, Ecolo-Groen, également dans la majorité, annonçait, via le député Simon Moutquin le dépôt d'une nouvelle proposition de loi visant à supprimer totalement le délai. Le souhait des écologistes est d'examiner cette nouvelle proposition dans la foulée, en se basant sur les dernières données scientifiques disponibles.

Fin mars, le Conseil Supérieur de la Santé estimait que "l'écartement des HSH n'est plus justifiable".

La proposition de loi socialiste, co-signée par Vooruit, a donc été débattue mardi matin en commission. Selon la teneur des propos exprimés dans l'hémicycle, le texte devrait être largement approuvé, malgré des abstentions annoncées de la N-VA et du Vlaams Belang. Ceux-ci ont mis en avant les arguments avancés par la Croix-Rouge flamande en matière de sécurité du sang et de logistique.

Plusieurs élus ont toutefois estimé que le texte socialiste n'allait pas assez loin. Sophie Rohonyi (DéFI) s'est ainsi demandée pourquoi la Belgique ne procédait pas d'ores et déjà à la suppression complète du délai moyennant un questionnaire plus poussé, comme cela se pratique en France. Les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l'Italie et l'Espagne ont également supprimé le délai. L'élue amarante avait elle aussi précédemment déposé une proposition de loi en ce sens. Dans la majorité, les libéraux ont aussi plaidé pour une suppression totale du délai à terme, le MR disposant lui aussi d'une proposition de loi en ce sens déposée par Caroline Taquin. De son côté, le PTB (opposition) a lui aussi jugé que le texte proposé n'allait pas assez loin et était "purement symbolique".

Sur le même sujet