Passé colonial: un appel public sera lancé pour retrouver l'original du discours de Lumumba

Le gouvernement lancera un appel public afin de retrouver l'original du discours du premier Premier ministre congolais, Patrice Lumumba, prononcé lors de la déclaration d'indépendance du pays, a indiqué mardi le secrétaire d'Etat à la politique scientifique, Thomas Dermine, en commission de la Chambre en réponse à une question de Jean-Marc Delizée (PS).

Belga
Passé colonial: un appel public sera lancé pour retrouver l'original du discours de Lumumba
©AP

Un fac-similé de ce discours a été retrouvé en 2015 dans les documents du fonds Finoutremer, société issue de la fusion d'entreprises créées sous la colonie belge et liquidée en 2000. Il est conservé aux Archives de l'Etat et est consultable sur internet.

"C'est une trace historique absolument unique puisqu'il s'agit d'un document écrit à la main avec les annotations, les corrections apportées presque 'en live' en fonction du Roi Baudouin", a expliqué le secrétaire d'Etat.

L'original, sans doute subtilisé après que le discours a été prononcé, est quant à lui toujours manquant. Selon le député, il ressort d'auditions menées par la commission qui se penche sur le passé colonial que le document pourrait toujours se trouver en Belgique, chez les descendants de celui qui l'a dérobé.

"Le grand défi est, aujourd'hui, de retrouver l'original qui se trouve soit dans les Archives de l'État soit dans un fonds privé. Ce document est hautement symbolique et important pour l'histoire congolaise. Dans les prochaines semaines, nous allons donc lancer un appel au public pour tenter de le retrouver et d'assurer la traçabilité de ce document original qui pourrait faire l'objet d'une collaboration scientifique ou culturelle avec nos amis et nos collègues congolais", a expliqué M. Dermine.

A l'heure où le gouvernement a initié une politique de restitution de biens culturels que la Belgique s'est appropriés durant la période coloniale, M. Delizée a plaidé pour que le discours de M. Lumumba puisse également être rendu aux autorités congolaises. Les paroles du Premier ministre du Congo avaient fait date. Il avait notamment rappelé sans détour le sort que le colonisateur avait réservé aux populations congolaises, manquant de provoquer le départ du roi Baudouin de la cérémonie.