Huit objectifs pour rationaliser l'approche des jeunes arrivant en Belgique sans parents

Huit objectifs ont été adoptés sur le thème des mineurs étrangers non accompagnés (MENA) vendredi lors de la première conférence interministérielle (CIM) Migration et Intégration, a annoncé le cabinet de Sammy Mahdi dans un communiqué.

Photo d'illustration
Photo d'illustration ©JC Guillaume

Cette conférence a été créée à la demande du secrétaire d'État, qui préside cette nouvelle instance. Aujourd'hui, 2.670 jeunes sont accueillis dans le réseau Fedasil et par les communautés, contre 1.029 en 2019. En 2021, la Belgique a vu arriver un total de 3.351 jeunes qui se sont déclarés mineurs. Le Service des tutelles du SPF Justice a effectué 2.515 tests d'âge afin de vérifier ces déclarations. Au total, 2.435 décisions ont été prises: à l'issue du test, 69% ont été déclarés majeurs et 31% ont été déclarés mineurs.

La CIM Migration et Intégration a défini vendredi huit objectifs dont découlent des points d'action concrets. Sur la base de ces objectifs, chaque responsable politique peut approfondir et rendre compte de l'avancement des actions à mener.

Le premier objectif est "prévoir des places d'accueil suffisantes, tant pour les demandeurs de protection internationale que pour les non-demandeurs". Concrètement, il s'agit notamment de promouvoir le placement en famille d'accueil des jeunes MENA ou encore de poursuivre l'accueil dans le cadre du "Plan MENA", prévoyant 130 places.

Le deuxième objectif est de "travailler de manière proactive afin d'atteindre et d'orienter les mineurs dans la rue en leur offrant un accueil et un encadrement facilement accessibles." Par exemple, Fedasil finance de manière structurelle le projet "Xtra Mena", qui vise atteindre les mineurs sur le terrain.

L'objectif 3 consiste à "assurer une transition harmonieuse pour les MENA qui ont obtenu un droit de séjour en Belgique, où un hébergement et un encadrement suffisants sont garantis".

L'objectif 4 est de soutenir suffisamment les tuteurs administratifs dans l'exercice de leurs tâches, via notamment l'élaboration d'un manuel ou des consultations périodiques entre les agences concernées et le Service des Tutelles.

L'objectif 5 concerne une "bonne prévention et un suivi efficace et adéquat des disparitions des MENA."

L'objectif 6 vise "un soutien adéquat pour les MENA dans l'enseignement". Il s'agit notamment de poursuivre le soutien existant aux mineurs étrangers non accompagnés dans les écoles, y compris la possibilité de suivre un cours d'intégration pour ceux qui en bénéficient, en plus de l'enseignement obligatoire.

L'objectif 7 vise à optimaliser la détermination de l'âge

Enfin, le huitième objectif vise à "adopter une approche holistique de la politique MENA".

Les ministres appelés à mettre en œuvre à ces objectifs sont, outre le secrétaire d'État Sammy Mahdi, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, et les ministres des entités fédérées Valérie Glatigny, Wouter Beke, Alain Maron et Christie Morreale.