"Les modèles montrent un horizon calme au moins jusqu'à l'été": Yves Van Laethem fait le point sur l'épidémie de Covid-19

Le Covid-19 perd du terrain en Belgique et semble d'ailleurs une bien moindre préoccupation désormais. Mais où en est-on ? Yves Van Laethem a fait le point à la RTBF.

La Rédaction (avec Belga)

A Shanghai, l'épidémie connaît sa pire flambée depuis quelques semaines. Le pays, qui suit une logique de zéro Covid, a à nouveau confiné drastiquement la population. Chez nous, tous les indicateurs sont toujours à la baisse dans notre pays, hormis le nombre de cas qui recommence à augmenter. Entre le 19 et le 25 avril, 6.507 cas confirmés de Covid-19 ont été enregistrés (+7%) en moyenne par jour, soit 45.550 nouveaux cas dont 29.700 (65%) en Flandre, 12.460 (27%) en Wallonie et 2.975 (7%) à Bruxelles.

Cette augmentation pourrait, en partie, être liée à un sous-rapportage du nombre de cas lors du long week-end de Pâques qui se situait dans la période précédente.

Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, a fait le point sur la situation sanitaire au micro de la RTBF. "Le variant n'est pas suffisamment dangereux en lui-même pour bloquer la société avec les dégâts économiques, psychiques et autres que l'on a pu constater. Je pense qu'il faut gérer la situation de manière beaucoup plus souple et la Chine demeure extrêmement rigide", estime-t-il, alors que des mouvements de contestation commencent à éclore à Shanghai. En Belgique, le sous-variant BA.2 d'Omicron représente désormais plus de 96% des cas de Covid-19 séquencés, pour plus de 3% pour le variant Omicron.

La Belgique pourrait-elle revenir à une situation telle qu'en Chine ? "Officiellement 4 millions de personnes ont été testées positives. On peut doubler ce chiffre et donc 60 à 80% des Belges ont contracté le virus", indique Van Laethem, ce qui signifierait que les Belges sont un peu mieux protégés. "Et puis la vaccination telle que pratiquée chez nous est de meilleure qualité que celle qui est en Chine", rassure le virologue.

En tout cas, la Belgique serait prête à affronter une nouvelle vague. "Les plans sont là. Et on espère que ces plans-ci seront plus rapidement d'application et plus efficaces que ceux que nous avions il y a deux ans. On est prêts à réagir. Les plans sont là pour la vaccination, pour le matériel nécessaire en cas de nouvelle vague, même si les modèles montrent un horizon calme, au moins jusqu'à l'été", estime Van Laethem qui juge impossible de savoir si une nouvelle vague pourrait nous frapper à l'automne.

Pourtant, le virus est encore trop présent chez nous. "Oui, il est encore là, il circule. On a encore plusieurs milliers personnes officiellement contaminées chaque jour. C'est quelque chose qu'il ne faut pas oublier. On n'est pas dans une situation comme la grippe, où elle disparaît pendant quelques mois. On a toujours un bruit de fond. C'est trop tôt pour dire que le coronavirus est comme une grippe, il faut encore quelques mois au moins", a averti le porte parole interfédéral auprès de la RTBF, et de rappeler que le Covid-19 provoque toujours des décès et des maladies longues. Du 19 avril au 25 avril, 17,9 personnes sont décédées en moyenne chaque jour.