Les jeunes francophones Valentine Barthélemy et Pol Fasy primés lors du concours belge d'éloquence

Dans la catégorie duo, la francophone Valentine Barthélemy s'est imposée aux côtés de la Flamande Hélène Lambrechts. En individuel, Hélène Lambrechts s'est une nouvelle fois illustrée, ainsi que Pol Fasy, côté francophone.

Les jeunes francophones Valentine Barthélemy et Pol Fasy primés lors du concours belge d'éloquence
©publiq et dr

La finale de la 2ème édition du concours d'éloquence national Publiq a eu lieu mercredi 27 avril au Parlement bruxellois. Huit jeunes âgés de 18 à 26 ans, quatre néerlandophones et quatre francophones, se sont affrontés dans un ultime discours sur le thème du "pavillon belge à la prochaine exposition universelle". Le jour-même, les finalistes ont été répartis en duo bilingue et n'ont eu que quelques heures pour préparer leur intervention en binôme.

"C'était vraiment très stressant car on avait chacun préparé notre discours de notre côté mais on ne savait pas du tout s'il allait s'accorder avec celui de notre binôme. J'avais très peur de devoir refaire tout mon texte", explique Valentine Barthélémy, étudiante en première année de Master de droit à l'ULiège.

En tant que concours national d'éloquence, l'idée était que chaque participant s'exprime dans sa langue mais que le discours s'articule bien entre le néerlandais et le français."Même si je parle un peu néerlandais, j'avais du mal à comprendre toutes les nuances du texte de ma binôme. Heureusement, on a été vraiment aidées et accompagnées tout au long du concours. Finalement, cela s'est très bien passé."

Pour les départager, les organisateurs avaient fait appel à un jury composé de personnalités variées, parmi lesquelles les humoristes Jérôme de Warzée et Dena, mais aussi le politologue Kris Deschouwer et Françoise Tulkens, l'ancienne juge et vice-présidente de la Cour européenne des droits de l'Homme.

A la fin, c'est donc Valentine Barthélémy, de Liège, et Hélène Lambrechts d'Anvers qui ont remporté le concours dans la catégorie duo. "C'est une consécration. C'était le premier concours que je faisais donc je suis super contente. J'ai rencontré des personnes formidables, dont ma binôme avec qui j'ai beaucoup de choses en commun. J'ai également appris énormément de choses", poursuit l'étudiante de 22 ans. Tout au long du parcours, les jeunes étaient en effet coachés par des professionnels. "Ce sont des conseils précieux qui me serviront forcément plus tard. Actuellement, j'hésite encore entre le notariat et le barreau. Mais si je deviens avocate, c'est sûr que tout ce que j'ai appris va m'être très utile."

Sur base des prestations en duo, un autre jury composé d'associations actives dans l'éloquence a récompensé le meilleur discours en individuel. Là encore, côté flamand, c'est Hélène Lambrechts qui a eu le premier prix. Côté francophone, il s'agit de Pol Fasy, étudiant en BAC3 en droit à l'Université de Saint-Louis. "J'ai toujours aimé défendre mes opinions et mes valeurs, mais je ne m'imaginais pas du tout remporter ce prix individuel", explique-t-il. "C'est vraiment une expérience fantastique qui m'a permis d'avoir beaucoup plus confiance en moi."

Un concours d'éloquence qui s'adresse aux jeunes

Le concours d'éloquence Publiq a été créé en 2021 à l'initiative des Asbl Civix et Jeugd Parlement, qui ont pour but de rassembler les jeunes et la politique. Il s'agit du seul concours d'éloquence national réservé aux résidents belges entre 18 et 26 ans.

"Il n'y avait pas encore de grand concours d'éloquence national en Belgique, sans doute à cause du fait que notre pays est divisé en plusieurs communautés linguistiques. Mais plutôt que de voir ça comme un problème, nous y avons vu une opportunité de motiver chaque jeune Belge autour d'un objectif commun, et de rapprocher les jeunes de tout le pays", peut-on lire sur leur site internet.

Si le premier sujet des participants était libre, tous les autres tournaient autour du civisme et des valeurs démocratiques. Etant donné que c'est le Parlement bruxellois qui hébergeait tous les moments-forts du concours, cela a également inspiré les jeunes citoyens. "Personnellement, je baignais déjà là-dedans étant donné que je fais du droit. Mais je sais que d'autres participants venaient d'horizon totalement différents", souligne Valentine. "Avant chacun de nos discours, nous avons dû faire tellement de recherches que cela nous a aidés à nous forger un avis sur les grands thèmes de société."

Pol ne dit pas autre chose : "Cela nous a aidés à poser notre regard sur des sujets importants. Et vu que toutes les formes étaient autorisées, cela nous a permis de le faire sans utiliser forcément tous les codes des discours classiques." "En fin de compte, tout le monde peut participer et s'exprimer, même ceux qui ne l'ont encore jamais fait en public."

Tu as entre 18 et 26 ans et tu souhaiterais participer à la prochaine édition du concours? Rendez-vous ici pour être prévenu lors de l'ouverture des candidatures.