"L'épidémie est sur le chemin du retour": Marc Van Ranst ne veut pas de la fin du masque dans les transports publics

Le virologue veut rappeler au monde politique et à la population que nous sommes toujours en code jaune

La Rédaction

Georges Gilkinet a indiqué lundi vouloir la fin du port obligatoire du masque buccal dans les transports publics.Alors que la date du prochain Codeco vient d'être fixée au vendredi 20 mai (et non ce vendredi 6 comme initialement évoqué), Marc Van Ranst a quant à lui tenu à réagir à cette éventualité qu'il voit d'un mauvais œil.

"La question de savoir si le masque buccal peut déjà être retiré dans les trains, les trams, les bus et le métro, ou si nous devons attendre encore un peu, est une décision politique", tempère d'abord le virologue Marc Van Ranst (KULeuven), interrogé par Het Laatste Nieuws.

"L'épidémie de coronavirus est clairement sur le chemin du retour, tant en Belgique qu'à l'étranger. Il ne faut pas oublier que nous sommes toujours en code jaune. Ceux qui considèrent cet aspect important diront qu'il est encore trop tôt pour laisser de côté le masque buccal", estime Marc Van Ranst.

Ce dernier trouve également dommage que les pays européens ne se concertent pas pour avoir une seule et même règle. "Aux Pays-Bas, depuis fin mars, le port du masque n'est plus obligatoire dans les trains. Et puis, tout à coup, dans le train qui va de Amsterdam-Malines, à partir de Roosdaal, vous devez remettre votre masque".

Le virologue, qui indique prendre le train tous les jours, mesure au quotidien la qualité de l'air dans le train. "Et dans le train que je prends tous les jours, ce n'est pas trop mal. Mais le taux d'occupation n'y est pas très élevé. Il en sera probablement autrement pour les trains aux heures de pointe. Comme dans les bus. Sur les bus modernes, il n'y a aucun problème, mais sur les autres, des valeurs très élevées sont mesurées après seulement 15 minutes. Le bilan est donc très mitigé", conclut le virologue auprès de nos confrères de HLN.

Sur le même sujet