La police se numérise pour une plus grande efficacité

Le projet "i-police" devrait être finalisé d’ici 2025. Coût estimé : 300 millions d’euros.

Belga
La police se numérise pour une plus grande efficacité
©Shutterstock

Fin 2021, le gouvernement fédéral décidait d’attribuer le contrat-cadre "i-Police" au consortium Sopra Steria. En collaboration avec la Police intégrée, Sopra Steria développe la plateforme d’information "i-Police" qui sera progressivement déployée dans toutes les zones de police et les services de la police fédérale. Le gouvernement De Croo prévoit une enveloppe de 300 millions d’euros, dont 79 millions d’euros proviennent du plan de relance et de transition.

"Le monde change rapidement. La police doit répondre de manière appropriée aux évolutions technologiques et numériques. Avec i-Police, nous faisons un grand pas vers la transformation numérique et la modernisation de nos services de police. Nous armons ainsi nos citoyens et nos services de sécurité contre les menaces d'aujourd'hui et préparons nos services de police pour l'avenir", a déclaré la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V).

Remplacer 80 "appli"

i-Police devrait améliorer le fonctionnement de la Police intégrée dans de nombreux domaines. Le système remplacera environ 80 applications différentes, comme la Banque de données nationale générale (BNG), les applications ISLP et FEEDIS (où sont enregistrés les procès-verbaux) et diverses applications des services de recherche.

Le système recherche aussi automatiquement des informations dans d’autres bases de données auxquelles la police a accès, comme le Registre national belge, la Direction de l’immatriculation des véhicules et les bases de données de la justice.

Les citoyens remarqueront également une différence au niveau de la prestation de services. La standardisation des déclarations (numériques) et le suivi central des dossiers permettent d’assurer un échange d’informations plus rapide et efficace entre la police et les citoyens. En outre, le système offre aux citoyens une garantie de confidentialité et un contrôle transparent.

Les fonctionnaires de police auront un accès limité et contrôlé aux informations des citoyens, sur la base de leur fonction et de leur mission à ce moment.

Un travail de police moderne

"i-Police fera de la police belge l'une des forces de police les plus avancées d'Europe en termes de gouvernance des données. Le système analysera les informations, les mettra automatiquement à la disposition des forces de police, fera des propositions d'enquête et fournira de nombreux outils pour gagner du temps, comme les traductions automatiques", souligne Marc De Mesmaeker, commissaire général de la police fédérale.

"Sur le terrain, les polices locales sont confrontées quotidiennement à différents systèmes, ce qui a un impact direct sur notre fonctionnement et le service que nous offrons aux citoyens", indique pour sa part Nicholas Paelinck, président de la Commission permanente de la police locale et chef de corps de la zone de police Westkust. (D'après Belga)

Sur le même sujet